L’adolescent et son sommeil

0

De la physiologie à la pathologie du sommeilAu cours de l’adolescence, il existe physiologiquement une diminution quantitative et qualitative du sommeil lent profond (- 40 %) et une tendance biologique au retard de phase. Entre 12 et 18 ans, l’heure d’endormissement est décalée de 22h30 à 00h30 [1]. De plus, ce retard de phase physiologique peut être accentué par des facteurs sociaux comme la pression scolaire, sociale et la diminution de l’influence parentale.Le passage du collège au lycée s’accompagne d’un début d’école trop matinal, des trajets scolaires longs, d’une augmentation des devoirs à domicile qui demandent un effort de concentration jusqu’au coucher. Le nombre d’activités extra-scolaires est en augmentation. D’autre part, la durée d’exposition des adolescents aux technologies d’information et de communication (TIC) (télévision, musique/audio, ordinateur, films, jeux vidéo, etc.) ont explosé depuis 20 ans. Un usage des TIC avan[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité de Sommeil Pédiatrique, Centre de Référence Hypersomnies Rares, Hôpital Femme Mère Enfant & CRNL, Université Lyon 1, LYON.

Laisser un commentaire