Nostalgies… L’architecte et le médecin…

0

“Je suis un être humain. Je veux être entouré d’êtres humains”.(Un jeune enfant orphelin dans les rues de Johannesburg).À l’époque des extraordinaires progrès techniques de la médecine, il ne faut pas perdre la mémoire du cœur de ce qui fait l’humain en nos soins : le regard, l’écoute, les gestes d’apaisement d’un examen “bien traitant”.Face aux nombreux périls qui pourraient “déshumaniser” tous nos actes, nos successeurs auront peut-être à répondre par un “surcroît d’humanisme”.Les entreprises humaines sont devenues à haut risque d’être entravées par des contraintes d’efficacité, de rendement, de règlements…Les contrôleurs prennent le pas sur les créateurs.Un monde sans architecture pourrait se profiler qui serait d’une grande vulnérabilité*Une médecine sans humanisme pourrait se préciser qui serait d’une grande violence.La ville garde la mémoire des formes qui l’ont façonnée*L’humanité dans les soins conser[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Robert Debré, PARIS.

Laisser un commentaire