Maturation cérébrale : étapes clés/concepts clés

0

Les étapes classiques de repérage du développement de l’enfant à 3, 6, 9, 12, 18, 24, 48 mois sont indispensables à connaître pour repérer un décalage, un retard voire une déficience. Elles sont connues de tout pédiatre. Ces étapes clés ont pour base des concepts neurodéveloppementaux clés, essentiels pour interpréter la variation de la chronologie d’acquisition et de la sémiologie “normale” du développement.

Le but de cet article n’est pas de rappeler les étapes de développement inscrites dans le carnet de santé et dans tous bons livres de référence sur le développement de l’enfant. Le but est de donner des éléments de réflexion dans une démarche hypothético-déductive de compréhension d’un décalage développemental, d’une dysharmonie qui s’installe et de sa signification, éléments de la démarche diagnostique rarement décrite dans ces mêmes livres. Ainsi, seront exposés ici quelques-uns des concepts neurodéveloppementaux permettant d’interpréter les étapes du développement d’un enfant et ses variations. Cette analyse neuropédiatrique doit être intégrative, prenant en compte le développement de la motricité, de l’adaptation à l’objet, de la communication, de l’autonomie sociale et de la composante psychique.

Les étapes neurobiologiques du développement du cerveau suivent schématiquement quatre processus : neuronogenèse, corticogenèse, myélinogenèse, synaptogenèse [1]. Ces étapes sont sous la dépendance de facteurs génétiques et épigéniques dont il a été démontré l’impact sur le développement [2].

On peut schématiquement considérer qu’il y a quatre grands marqueurs neurosomatiques dans la démarche neuropédiatrique du développement de l’enfant :

  • les systèmes neurosensoriels : repérer un dysfonctionnement dans les premières semaines de vie car c’est un des témoins du neurodéveloppement de la période anténatale ;
  • les systèmes sensori-moteurs : repérer un dysfonctionnement dans les 2 premières années car c’est un des témoins de la myélinogenèse ;
  • le système langagier : repérer un dysfonctionnement les 3 premières années car c’est un des témoins du bon développement du cortex et de la synaptogenèse ;
  • la mise en place de l’appareil psychique : un des témoins de l’épigenèse et des conditions de stimulations de l’environnement.

L’organisation des acquisition

La cohérence des stimulations, des différents types d’afférences regroupées[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Neuropédiatrie, Hôpital Roger-Salengro, Pôle Enfants, LILLE.

Laisser un commentaire