Règles d’étiquetage des allergènes alimentaires : comment se repérer ?

0

Les allergies alimentaires sont un problème de santé publique majeur dont l’incidence ne cesse d’augmenter depuis plus de 20 ans. Elles sont plus fréquentes chez l’enfant que chez l’adulte. La prévalence de l’aller­gie alimentaire est estimée à 3,2 % en France [1] et la prévalence de l’anaphylaxie d’origine alimentaire est estimée entre 0,3 et 1,2 % selon les pays [2]. Les allergies immédiates IgE-médiées sont à risque d’anaphylaxie et le pronostic vital peut être en jeu [3].

Chez l’enfant de moins de 5 ans, les allergènes les plus fréquents en France sont le lait, les œufs et l’arachide [4]. Cependant, la modernisation de l’alimentation a entraîné la consommation de produits complexes, avec de plus en plus d’ingrédients et donc d’allergènes. La prise en charge des allergies IgE-médiées repose, entre autres, sur un régime alimentaire qui doit être poursuivi à la lettre avec une éviction stricte du ou des allergènes en cause. Cependant, les patients allergiques font face à des difficultés au quotidien pour identifier leurs allergènes, plus ou moins masqués dans les produits industriels pré-emballés, en vrac ou encore dans les restaurants et collectivités.

Règlementation de l’étiquetage des allergènes alimentaires dits à déclaration obligatoire

La prise de conscience de ces risques liés à la composition des produits pré-emballés et des repas en collectivité a conduit les instances administratives à mettre en place une réglementation pour l’étiquetage des denrées alimentaires dès 2000, avec la directive 2000/13/CE. Elle a été modifiée à plusieurs reprises, en 2003 (directive 2003/89/CE) puis en 2007 (directive 2007/68/CE). Celle-ci prévoit l’obligation d’étiquetage de 14 allergènes alimentaires à risque de réaction (tableau I). Elle intègre également la liste des substances exclues de l’annexe III bis de la directive 2000/13/CE (tableau II). Tous ces allergènes doivent ainsi être mentionnés en toutes circonstances sur l’étiquetage des denrées alimentaires.

Le 25 octobre 2011, le Parlement européen et le Conseil d’État[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Pédiatrie générale,
Hôpital Bicêtre, LE KREMLIN-BICÊTRE

Unité d’Allergologie enfant-adulte, Hôpital Robert-Ballanger,
AULNAY-SOUS-BOIS

Laisser un commentaire