Comment parler de sexualité à un adolescent ?

0

Parler de sexualité avec un adolescent en consultation nécessite un savoir-faire et un savoir-être. Chaque médecin, en fonction de ses habitudes, de sa personnalité, de sa formation, de son expérience, agit différemment. Certains points s’avèrent cependant importants pour favoriser cette discussion : établir un lien de confiance, transmettre des informations claires et précises, rassurer l’adolescent et connaître des lieux ressources proches vers lesquels l’orienter si nécessaire.

Établir un lien de confiance

La majorité des adolescents fait confiance à son médecin. Ces mêmes adolescents ont cependant du mal à se confier au sujet de la sexualité : ils peuvent ressentir de la gêne, une peur de n’être pas compris, voire d’être jugés. De son côté, le médecin peut aussi craindre d’être intrusif ou ne pas se sentir qualifié.

Aborder cette problématique avec des adolescents nécessite d’être au clair avec soi-même. Il peut être opportun au préalable de se poser quelques questions : que m’a-t-on dit sur la sexualité lorsque j’étais jeune ? Qu’aurais-je souhaité entendre, comprendre ? Quelles thématiques sur la sexualité seraient difficiles à aborder pour moi et pourquoi ? Ce travail permet d’adopter une juste distance par rapport à ce que dit/vit l’adolescent.

Dialoguer avec un adolescent demande un sens de l’écoute et une vraie disponibilité : l’adolescent a peur de se montrer défaillant et dépendant. Ce n’est donc le plus souvent pas lui qui va aborder ce qui le préoccupe en matière de sexualité. Il appartient ainsi au médecin de le questionner avec délicatesse et tact. Il convient aussi de s’adapter à la maturité du jeune – plus qu’à son âge – et d’éviter la moralisation, le jugement ou une trop grande proximité tel un “copinage” qui serait déplacé.

Il est nécessaire d’être attentif à notre langage analogique (non verbal) qui est très rapidement décodé par l’adolescent (regarder sa montre, montrer son agacement, répondre au téléphone). L’adolescent a besoin d’un adulte fiable, attentif et sécure.

Un préalable à toute discussion concernant l’intimité d’un adolescent est celui d’avoir pris le temps d’expliquer à l’adolescent et au parent qui l’accompagne qu’un temps de consultation en tête-à-tête sera maintenant systématique. L’adolescent est d’ailleurs incité à 16 ans à choisir[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Conseillère conjugale, 
Éducation affective relationnelle
 et sexuelle, LE CHESNAY.

Service de Pédiatrie,
 CHU Ambroise Paré, 
BOULOGNE-BILLANCOURT, CHI Poissy, SAINT-GERMAIN-EN-LAYE.

Laisser un commentaire