La vaccination contre le papillomavirus

0

Les papillomavirus [1], dont il existe plus de 120 génotypes, peuvent infecter l’homme par voie muqueuse mais aussi cutanée. Parmi eux, une quarantaine présentent un tropisme génital prédominant. Certains ont un fort pouvoir oncogène, essentiellement les génotypes 16 et 18, mais également les génotypes 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59. Parmi les génotypes à faible pouvoir oncogène, les génotypes 6 et 11 sont responsables de la quasi-totalité des condylomes.

Plus de 70 % des adultes font au moins une infection à HPV dans leur vie et, dans 60 % des cas, cette infection survient dans les 5 ans suivant le début de l’activité sexuelle.

La physiopathologie de l’infection génitale féminine est la mieux connue : l’HPV infecte les cellules épithéliales du col de l’utérus qui seront capables de l’éliminer dans plus de 80 % des cas, après une durée de portage de 15 mois en moyenne. La persistance du virus dans la cellule aboutit à la création, en stades croissants, de lésions prénéoplasiques ou CIN, les lésions de haut grade (CIN 2 et 3) précédant le cancer. En moyenne, 15 à 25 ans s’écoulent entre l’infection initiale et le cancer.

Le cancer du col de l’utérus est l’affection la plus fréquemment liée à l’infection HPV, 73 % d’entre eux étant liés aux génotypes 16 et 18. En France, il s’agit du 12e cancer féminin dont la fréquence a baissé grâce au dépistage, mais qui représente plus de 2 800 cas annuels et près de 1 000 décès. Outre le cancer du col de l’utérus, les HPV sont également responsables de cancers de la vulve et du vagin, ainsi que de plus de 80 % des cancers du canal anal, et ce dans les deux sexes [2]. Dans les deux sexes également mais surtout chez l’homme, les HPV oncogènes sont responsables de près de 20 % des cancers oropharyngés dont la part de ceux liés à l’HPV semble croissante. HPV est également associé à près de 50 % des rares cancers du pénis. Pour ces localisations, la part des génotypes 16 et 18 varie entre 74 % (pénis) et 94 % (anus) [2].

Les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Professeur Émérite – Université Claude-Bernard Lyon 1, VILLEURBANNE.

Laisser un commentaire