Quoi de neuf en ORL pédiatrique ?

0

Papillomatose laryngotrachéale : un bénéfice collatéral de la vaccination contre le HPV ? Plaidoyer pour une vaccination universelle

La papillomatose laryngotrachéale est une pathologie relativement rare, touchant environ une personne sur 100 000, surtout des enfants ou des adolescents. Elle consiste en l’apparition et la croissance de papillomes bénins dans les voies aériennes supérieures, du nez aux bronches, même si l’atteinte laryngée est la plus fréquente (fig. 1). Ces papillomes sont liés à une infection par un papillomavirus humain (HPV) de sérotype 6, 11 ou plus rarement 16 ou 18. Les lésions sont d’abord obstructives et peuvent à ce titre menacer le pronostic vital. Elles ont également à long terme un potentiel de dégénération maligne. Si l’extension se poursuit vers le bas, une destruction du parenchyme pulmonaire est possible avec un risque d’insuffisance respiratoire. Enfin, des désobstructions et exérèses endoscopiques répétées étant souvent nécessaires, une fibrose laryngée peut apparaître et majorer l’obstruction.

Les HPV étant ubiquitaires, on ne connaît pas les mécanismes immunitaires qui font que très peu de sujets déclenchent la maladie alors que la plupart d’entre nous avons été et sommes régulièrement exposés à ces virus. Il n’y pas de transmission interhumaine de la papillomatose laryngotrachéale.

Un traitement curatif de la maladie n’est pour l’instant pas disponible. À ce jour, la prise en charge est essentiellement chirurgicale et palliative, et seuls de rares traitements médicaux adjuvants ont démontré une efficacité modérée. L’administration du vaccin (préventif) anti-HPV couvrant les sérotypes responsables de la maladie a été proposée chez les malades, avec une efficacité variable. Un panel d’experts internationaux a tout[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’ORL et de Chirurgie cervico-faciale pédiatrique, Hôpital universitaire Necker-Enfants malades, PARIS.

Laisser un commentaire