Spécificités du suivi nutritionnel et digestif de l’enfant : du prématuré à la sortie de l’hôpital

0

À ce jour, il n’y a pas de recommandations formelles sur l’alimentation post-hospitalière de l’enfant prématuré. Toutefois, on peut essayer de définir un cadre et avancer des propositions fondées sur les données disponibles et les commentaires des sociétés savantes.

Il est souhaitable de favoriser l’allaitement, qui a des avantages spécifiques dans cette population. Dans certains cas, il pourrait être utile d’enrichir le lait maternel après la sortie de l’hôpital. Chez l’enfant qui ne peut pas être allaité, différentes préparations à base de lait de vache sont disponibles.
Les caractéristiques des enfants prématurés à la sortie du service ont changé ces dernières années, car la croissance de ces enfants durant l’hospitalisation est meilleure. Ces enfants ne présentent donc plus aussi souvent qu’auparavant une insuffi-sance staturo-pondérale à la sortie. Il faut prendre en compte la situation de chaque enfant afin de proposer une nutrition individualisée répondant ses besoins.

Les enfants prématurés ont des besoins nutritionnels spécifiques, car ils naissent au cours du 3e trimestre de la grossesse, phase de croissance très rapide du fœtus qui prend environ 15 g/kg/jour durant cette période (14 à 18 g/kg/jour selon l’âge gestionnel). Cela représenterait 1 kg/jour pour un adulte de 70 kg ! De plus, pendant cette période, la croissance cérébrale est majeure, et les conséquences d’une nutrition inadaptée sont potentiellement importantes au niveau du développement cognitif de l’enfant.

Cette croissance postnatale reste qualitativement et quantitativement importante jusqu’à terme, voire jusqu’à 5 ans pour le développement cérébral.

L’objectif de la prise en charge hospitalière est d’avoir un gain pondéral au moins équivalent à celui observé in utero chez le fœtus de même âge gestationnel. Ces enfants prenant peu de poids les deux premières semaines, leur gain pondéral doit être plus proche de 20 g/kg/jour chez les grands prématurés. Ce gain pondéral dépendra de l’apport nutritionnel et des pathologies (respiratoires, digestives, infectieuses…) qu’ils présentent. Lorsque ces enfants ont une croissance postnatale insuffisante,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire