Pourquoi dépister la surdité dès la naissance ?

0

Les surdités sévères ou profondes concernent 1/1 000 enfants à la naissance et 1 sur 750 secondairement. Le diagnostic des surdités bilatérales moyennes à profondes doit être fait dans les 4-5 premiers mois de vie. Ce diagnostic est accompagné d’une gui-dance parentale précoce, d’une réhabilitation auditive optimale (si les parents le souhaitent) afin de permettre le développement d’un langage efficace pour l’enfant dès son plus jeune âge (oral, langue française des signes, bilingue). L’impossibilité pratique d’organiser un dépistage efficace pour tous les nourris-sons à quelques mois de vie a conduit à proposer un dépistage en maternité [1].

En termes de Santé publique, de nombreux éléments plaident en faveur d’un dépistage néonatal systématique :

  • L’âge au diagnostic en France aujourd’hui reste tardif malgré de nombreuses campagnes de sensibilisation des professionnels : 16 mois pour les surdités profondes, 29 mois pour les surdités sévères (étude Trousseau 2011).

Grâce au dépistage néonatal systématique, l’âge au diagnostic est de 3,9 mois, l’âge à l’appareillage 9,3 mois (versus 19,3 mois en l’absence de dépistage) [2].

  • Le consensus pour dépister systématiquement les populations à risque ne permet de diagnostiquer que 40 % des enfants sourds (étude Trousseau 2011). Pour rappel, les facteurs de risque de surdité sont :
    • prématurité, PN < 1 500 g, anoxie néonatale, ventilation assistée de plus de 5 jours ;
    • hyperbilirubinémie > 300-350 µmol/l ;
    • embryofœtopathie (CMV, rubéole, syphilis, herpès, toxoplasmose) ;
    • traitements ototoxiques de plus de 5 jours ;
    • méningite ou encéphalite, atteinte neurologique centrale ;
    • ATCD familiaux, malformations craniofaciales ;
    • signes de syndrome associé avec surdité.
  • Il existe un bénéfice au diagnostic précoce de la surdité grâce à une prise en charge adaptée : bénéfice prouvé de l’appareillage précoce et de l’implantation cochléaire précoce sur le développement du langage, sur l’intelligibilité de la parole, sur l’intégration scolaire en milieu entendant [3-8]. Il existe aussi un bénéfice sur le comportement, la sociabilité et les capacités de communication[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’ORL Pédiatrique et de Chirurgie Cervicofaciale, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire