Les trois dépistages à ne pas rater

0

Dépister consiste à rechercher des pathologies à risque dans un groupe de patients donné, peu ou pas symptomatique. Trois pathologies orthopédiques méritent une telle démarche : la luxation congénitale de hanche, la scoliose et l’épiphysiolyse.

La luxation congénitale de la hanche

La luxation congénitale de la hanche (LCH) est certainement dépistée de manière moins rigoureuse actuellement, puisque nous avons de nouveau à traiter des LCH de diagnostic tardif (après la marche). L’examen clinique reste primordial. Il est difficile et doit donc être répété lors de chaque consultation durant la première année. Plus le diagnostic est fait tôt, plus le traitement est facile. La recherche d’un ressaut se fait sur un enfant détendu, installé en décubitus dorsal sur un plan dur. Les hanches sont portées en adduction en poussant légèrement vers le dehors, et en donnant un petit mouvement de rotation interne On peut alors sentir un ressaut de sortie : la hanche est luxable. Lorsque la hanche est spontanément luxée, c’est lors de la mise en abduction qu’on ressent le ressaut d’entrée. La limitation de l’abduction est un signe souvent plus tardif, sauf lorsque la hanche est luxée et irréductible. La mauvaise position de la tête fémorale fait que les muscles adducteurs se sont rétractés. Dans tous les cas, une limitation de l’abduction impose un avis spécialisé.

L’échographie de hanche n’est pas un examen de dépistage. La prescription d’une échographie de hanche statique et dynamique (visualisant l’éventuel ressaut) se justifie lorsqu’il existe des doutes cliniques ou lorsqu’on retrouve les facteurs de risque suivants :

  • présentation du siège ;
  • antécédents familiaux directs confirmés ;
  • anomalies orthopédiques diverses : torticolis, genu recurvatum, déformation sévère des pieds.

Cette échographie est alors faite vers la fin du premier mois de vie. La classique radiographie du quatrième mois ne doit plus être un examen de dépistage de la LCH. Découvrir la luxation à ce terme est déjà un demi-échec, car les traitements nécessaires seront alors beaucoup plus lourds.

La scoliose

Le dépistage de la scoliose est clinique. L’examen du rachis commence par[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Orthopédie et de Chirurgie réparatrice de l’enfant, Hôpital d’Enfants Armand-Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire