Vaccination rotavirus : bénéfice ou risque ? “Le paradoxe français”

0
Les deux vaccins, RotaTeq et Rotarix, font l’objet d’un suivi national renforcé des effets indésirables par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) depuis 2012. L’objectif est de suivre l’évaluation du risque d’invagination intestinale aiguë dans la population pédiatrique à laquelle ils s’adressent, c’est-à-dire les enfants âgés de moins de 6 mois. La suspension de la recommandation française fait suite à l’évolution défavorable de certains cas d’invagination intestinale aiguë. Selon le bilan national de pharmacovigilance, 47 cas d’invagination intestinale aiguë ont été notifiés depuis mai 2006. L’évolution des cas a été défavorable dans 14 cas, nécessitant une intervention chirurgicale, 2 enfants sont décédés. Lorsque la prise en charge d’un cas d’invagination intestinale est réalisée sans délai et de façon adaptée, notamment par radiologie interventionnelle, l’évolution est constamment favorable.

Mais les effets indésirables observés en France ont montré que ces conditions n’étaient pas toujours réunies. Ainsi, compte tenu de l’évolution défavorable de ces cas d’invagination intestinale aiguë et ne pouvant exclure que de telles situations se reproduisent, les autorités ont préféré suspendre la recommandation de vacciner tous les nourrissons contre les infections à rotavirus en France en précisant : “il n’est pas attendu d’impact de la vaccination antirotavirus sur la santé publique. Le service médical rendu est insuffisant pour justifier la prise en charge des deux vaccins par la solidarité nationale.

Bref rappel de la saga des vaccins rotavirus

Le rotavirus a été isolé en 1973 par Bishop [1], et a rapidement été identifié comme une cause majeure de gastro-entérite aiguë (GEA) sévère chez l’enfant dans le monde. Avant l’introduction de la vaccination, environ 500 000 enfants âgés de moins de 5 ans mouraient chaque année d’infections à rotavirus, la majorité vivant dans les pays à faible niveau socio-économique [2]. Dans les pays industrialisés, la mortalité est faible, mais le poids économique est considérable[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Gastroentérologie et Nutrition, Hôpital des Enfants, TOULOUSE.

Laisser un commentaire