Actualisation des pratiques dans le diagnostic et le traitement des nouveau-nés suspects d’infection néonatale bactérienne précoce

0

Le diagnostic d’infection néonatale précoce est difficile à établir, puisque durant les premiers jours de vie, la séméiologie de l’infection est très peu informative. Les recommandations pour la pratique clinique de l’ANAES publiées en 2002 tiennent compte de cette spécificité en stipulant que “tout nouveau-né qui va mal, sans raison apparente, est a priori suspect d’infection” [1]. Cette difficulté diagnostique est à l’origine de l’inquiétude des cliniciens qui connaissent le potentiel d’aggravation parfois foudroyante des infections diagnostiquées trop tardivement.Alors que l’incidence des infections néonatales précoces a diminué depuis la généralisation de l’antibioprophylaxie per-natale (1,7 infection néonatale précoce à streptocoque B pour 1 000 naissances en 1990 versus 0,4 ‰ en 2008 aux États-Unis) [2], cette inquiétude diagnostique est encore à l’origine de nombreux bilans biologiques, ainsi que des prescriptions d’antibio[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pédiatre, Hôpital Mère-Enfant, CHU NANTES.

Laisser un commentaire