Éditorial

0

Les thérapies complémentaires (et non alternatives) ont pris de plus en plus de place dans la prise en charge de la douleur de l’adulte à tel point qu’elles ont étés évoquées dans le 3e plan quinquennal 2006-2010 pour l’amélioration de la prise en charge de la douleur [1]. En effet, ces thérapeutiques ont été reconnues, non seulement par les avancées des neurosciences, mais également par leur efficacité dans de nombreuses situations de douleur aiguë ou de douleur chronique.

Chez l’enfant, ces pratiques peuvent être également proposées dans un certain nombre de situations de médecine ambulatoire.

Nous aborderons, dans ce numéro, la place des thérapies psychocorporelles – l’hypnose et ses dérivés, la relaxation, le yoga ou la méditation, le massage ainsi que les pratiques artistiques.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de la douleur chronique, CHU, Limoges.

Laisser un commentaire