La victimologie de l’enfant

0

En France, 700 enfants meurent chaque année des mauvais traitements de leurs familles. Cela pose le cadre d’une problématique de santé publique dont la patrie des droits de l’homme ne semble pas être celle des droits de l’enfant.

Alors comment expliquer ce chiffre ? Tout d’abord, nous avons en France une forme d’idolâtrie de la position maternelle. Une mère aime forcément ses enfants, et ne peut leur faire de mal. Le concept de mère toxique est presque une insulte et pourtant, au palmarès des tueurs d’enfants, ce sont les mères qui arrivent en première ligne.

État des lieux en France : quelques chiffres

120 000 viols en France par an, dont 59 % avant 18 ans, il s’agit du type de d’événement qui est le plus pourvoyeur de troubles psychotraumatiques. On obtient ces chiffres par les études de victimisation, réalisées de manière anonyme par téléphone ; ainsi, la parole se libère.

Caractéristiques cliniques de la souffrance psychique d’un viol

Les violences sexuelles sont le prototype du crime ou délit parfait. En effet, l’immense majorité des agresseurs demeurent impunis : 10 %, soit 12 000 des viols, font objet de plaintes, 3 % d’un jugement soit 360 et seuls 1 % d’une condamnation soit 120.

La loi du silence règne dans les familles, d’autant plus que 38 % des victimes mineures[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Psychologue clinicienne, psychanalyste, expert auprès la cour d’appel de Versailles – Cabinet de psychologie de l’enfant et de l’adolescent, BOULOGNEBILLANCOURT.

Laisser un commentaire