L’examen du tympan : ce qu’il faut voir

0

Comment examiner un tympan ?

1. Comment regarder

L’absence de mouvement de l’enfant examiné est un prérequis, souvent difficile à obtenir chez le tout-petit, mais indispensable à la réalisation d’une otoscopie de bonne qualité. L’examen sera facilité par une contention douce mais ferme, si possible par les parents, ou par une autre aide quand cela est possible.

Si le microscope est l’instrument idéal de par son éclairage puissant, sa maniabilité et le fait qu’il permette de libérer les deux mains, l’otoscope n’en reste pas moins un très bon outil qui permet de réaliser un examen otoscopique de qualité. L’utilisation de l’otoscope macroview est un très bon compromis. Des spéculums de plusieurs tailles sont disponibles et sont choisis en fonction de la taille du conduit auditif externe (CAE) du patient. En pratique pédiatrique, les plus utilisés sont les tailles 2, 3 et 4. Les spéculums de taille 1 sont utilisés chez les nouveau-nés.

2. Ce qu’il faut regarder

  • Le conduit auditif externe

Il est important de rappeler que l’otoscopie ne doit pas se limiter au seul examen du tympan. Même si ce dernier permet d’apporter le plus souvent un diagnostic lésionnel à une symptomatologie otologique, l’examen premier du conduit est indispensable.

Nous rechercherons donc eczéma, plaie, otorrhée et coulée cérumineuse provenant du tympan. Pour ce faire, il doit dans l’idéal être nettoyé, sans provoquer de saignement, grâce à l’utilisation d’un porte-coton, d’une micro-pince, voire de canules d’aspiration.

L’otorrhée claire est le signe d’une otite séreuse avec perforation tympanique associée (ou en cas d’aérateur transtympanique en place).

L’otorrhée purulente fébrile témoigne d’une otite moyenne aiguë perforée. L’otorrhée purulente peut être le témoin d’un cholestéatome. Elle peut alors être associée à des polypes inflammatoires du conduit.

Le fond du CAE peut être le siège d’un dépôt de couleur marron semblant pro-venir du tympan et tapissant la peau du CAE. Ces dépôts sont tout à fait différents des dépôts de cérumen avec les-quels ils ne doivent pas être confondus. Ils sont nommés “coulées de lave” et sont[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’ORL et de Chirurgie Cervico-faciale, Hôpital Armand-Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire