Prise en charge du grand prématuré : quelles nouveautés, quelles perspectives ?

0

La prématurité, définie par une naissance survenant avant 37 semaines d’aménorrhée (SA), concerne environ 7,5 % des naissances en France. On définit les nouveau-nés grands prématurés quand la naissance se produit avant 32 SA et on distingue les nouveau-nés extrêmes prématurés en cas de naissance avant 28 SA. Ces enfants représentent respectivement 15 et 5 % des naissances prématurées, soit 9 000 et 3 000 naissances par an en France. Les progrès de la réanimation néonatale permettent aujourd’hui la survie d’un grand nombre de ces nouveau-nés, y compris ceux nés aux limites de la viabilité (22-25 SA).

Cette survie est dépendante d’un environnement technologique avancé, d’autant plus intense et de durée prolongée que l’enfant est né tôt et de petit poids de naissance. Elle est associée à un risque de survenue de handicap moteur, cognitif ou encore de troubles des apprentissages lors du développement de l’enfant. Ce risque est inversement proportionnel à l’âge gestationnel (AG), mais d’autres facteurs pronostiques prénataux (poids de naissance, chorioamniotite, corticothérapie anténatale) et postnataux (infection,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de médecine et réanimation néonatales de Port-Royal, APHP, Centre-Université de Paris, Site Cochin.