Quels diagnostics évoquer devant une hypoglycémie non iatrogène ?

0

L’homéostasie glycémiqueElle se définit par un équilibre entre :>>> Des facteurs hypoglycémiants : l’insuline, qui intervient en postprandial, permet aux tissus d’absorber le sucre délivré par les aliments de l’intestin. À noter que le plus gros consommateur de sucre de l’organisme, le cerveau, n’est pas sensible à l’insuline.>>> Des facteurs augmentant la glycémie : les apports alimentaires, le degré de résistance périphérique à l’insuline, l’efficacité des mécanismes intra-hépatiques de production du glucose qui est sous l’influence des hormones hyperglycémiantes (GH, glucagon, cortisol, catécholamines). Au jeûne court, la glycogénolyse va permettre de remettre en circulation le glucose, qui avait été stocké sous forme de glycogène. Au jeûne long, ce stock étant épuisé, la néoglucogenèse dans le foie va produire du glucose à partir du lactate et de certains acides aminés. Cette néoglucogenèse requiert de [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de référence des Maladies Héréditaires du Métabolisme, Hôpital Necker-Enfants Malades, PARIS.

Laisser un commentaire