Suspicion d’allergie aux antibiotiques : quelle stratégie d’exploration ?

0

Fréquence de suspicion d’hypersensibilité

Les suspicions d’hypersensibilité (HS) aux médicaments sont fréquentes chez l’enfant, surtout pour les bêtalactamines.

Le terme d’hypersensibilité aux médicaments recouvre l’ensemble des réactions ressemblant cliniquement à de l’allergie après la prise d’un médicament. L’allergie est une HS dont le mécanisme immunologique est identifié. Les HS non allergiques sont les réactions les plus fréquentes.

Les suspicions d’HS médicamenteuse sont un motif fréquent de consultation en médecine générale : 7 à 10 % des patients sont suspects d’une HS médicamenteuse et, chez l’enfant, les principaux médicaments en cause sont les antibiotiques, notamment les bêtalactamines, avant les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les antipyrétiques. Le diagnostic d’allergie est souvent porté par excès et les allergies prouvées sont rares, identifiées dans moins de 10 % des suspicions d’HS. On estime que le risque de développer une réaction d’HS après un traitement par bêtalactamines est proche de 0,7 %. Cependant, la plupart de ces réactions sont cutanées et bénignes, même si des réactions ana­phylactiques voire des décès sont rapportés dans 0,01 et 0,001 % des cas, respectivement [1]. Une des principales difficultés en pratique courante est la distinction entre réelle allergie médicamenteuse et éruption d’une autre cause, notamment infectieuse (virale surtout).

Ces suspicions d’HS sont un problème pour les patients et leur famille mais aussi les médecins, en termes de diagnostic et de prise en charge ultérieure. En cas de suspicion d’HS, le choix d’une molécule alternative peut s’avérer problématique, responsable d’un surcoût financier, d’une utilisation inadéquate d’une molécule moins efficace ou plus dangereuse, de l’émergence de résistances microbiennes aux anti­biotiques d’un allongement de la durée d’hospitalisation [2].

Ainsi, il ne faut pas poser le diagnostic “d’allergie” médicamenteuse sans avis allergologique mais préférer le terme “d’HS” médicamenteuse à noter dans le carnet de santé. Un avis spécialisé auprès d’un allergologue est donc indispensable,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de pédiatrie, Pavillon médicochirurgical de pédiatrie, ROUBAIX, Unité de pneumologie et allergologie pédiatriques, Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU LILLE, Groupe de travail “Allergie en milieu scolaire” de la Société Française d’Allergologie.

Laisser un commentaire