Troubles alimentaires chez l’enfant et psychopathologies parentales : transmission ?

0

Les troubles alimentaires de l’enfant, très divers dans leur présentation, plongent généralement les parents dans des difficultés et des doutes importants.

Il est intéressant pour le pédiatre :

  • de bien comprendre comment repérer un certain nombre de caps développementaux habituels, pour mieux diagnostiquer des troubles alimentaires naissants, ou la mise en place d’un mauvais lien à la nourriture ;
  • d’être capable de repérer certaines psychopathologies parentales, afin de mieux comprendre le type d’interrelation pathogène parents/enfants autour du nourrissage.

Principaux “caps de développement” de l’enfant

1. Tout petit…

Pour grandir, le bébé a besoin très tôt de mettre en place une relation d’étayage, car il est le mammifère le plus dépendant de sa mère. Comme l’écrit Winnicott [1], la “sollicitude maternelle primaire” lui permet de trouver tous les points d’appui nécessaires pour acquérir une certaine sécurité dans son lien aux autres et au monde.

Aujourd’hui, le père participe active-ment à cette première période relationnelle avec des outils qui lui sont propres : par exemple, les liens corporels qu’il entretient avec l’enfant ne sont pas de la même nature que ceux que la mère tisse avec celui qu’elle a porté 9 mois, ce qui entraîne chez elle et le bébé un “préressenti” commun. Il met également en place avec lui une anticipation de ses besoins qui participe largement à la mise en place d’un attachement sécure chez le bébé.

Un certain nombre de problématiques parentales (dépression[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

PUPH Pédopsychiatrie, Paris Sud, Chef de service et Chef du Pôle Enseignement – Recherche de la Fondation Vallée, GENTILLY.

Laisser un commentaire