Revues générales
0

Le surmenage vocal de l’enfant est une situation pathologique fréquente, nécessitant le plus souvent une prise en charge médicale. Il apparaît souvent de manière progressive parfois en lien avec des épisodes inflammatoires ORL répétés. Le diagnostic précis peut être réalisé vers l’âge de 5 ans. Il est important d’éliminer une papillomatose laryngée juvénile ou un trouble de la mobilité du larynx. Les lésions nodulaires et/ou œdème en fuseau des cordes vocales sont les lésions les plus fréquemment observées. Une prise en charge orthophonique est conseillée la plupart du temps. Elle consiste à se défaire des mauvaises habitudes de forçage vocal. Très peu d’enfants seront opérés en microchirurgie laryngée. L’évolution à l’âge adulte de ces situations de forçage de l’enfant est habituellement excellente. Leur diagnostic et leur prise charge fonctionnelle participent à une prévention des dysphonies de l’adulte.

Revues générales
0

Le suicide constitue la deuxième cause de décès chez les adolescents, après les accidents de la voie publique. Les conduites suicidaires constituent un vrai problème de santé publique. Les signes avant-coureurs précédant le passage à l’acte suicidaire se manifestent par des modifications comportementales généralement bruyantes, mettant en rupture l’adolescent avec son milieu de vie familial, scolaire, amical habituel.
Le phénomène suicidaire (crise suicidaire, tentative de suicide, suicide) recouvre des situations cliniques plurielles combinant : des facteurs d’environnement ou des événements de vie facilitateurs, voire causaux ; des terrains psychopathologiques de vulnérabilité, dont la présence de maladies mentales avérées ou suspectées, au premier rang desquelles les troubles dépressifs et les troubles bipolaires qui sont en soi des facteurs de risque majeur de suicides.
Une triple évaluation (somatique, psychiatrique et sociale) s’impose pour tenter de quantifier le potentiel suicidaire de la situation clinique et prévenir le risque de récidive et de mort par passage à l’acte réussi. Cette évaluation n’est pas codifiée, mais requiert un temps d’observation pluridisciplinaire suffisant – assuré par une équipe bien entraînée – pour estimer le risque, l’urgence et la dangerosité du processus suicidaire en cours.

Revues générales
0

Relativement fréquentes, les coliques du nourrisson correspondent à un cadre nosologique mal délimité et n’ont jusqu’à récemment pu bénéficié d’un traitement ayant fait ses preuves. La seule attitude pertinente est la réassurance de l’entourage associée parfois à des conseils diététiques. L’administration de probiotiques a pu, au cours des dernières années, représenter un espoir. Cependant, le niveau de preuve d’une certaine efficacité n’a été apporté que pour un seul type d’entre eux, le Lactobacillus reuteri et uniquement chez des enfants nourris au lait maternel. Ceci est vrai en curatif et dans une moindre mesure en préventif. Ce niveau de preuves est insuffisant pour qu’il puisse s’agir là de recommandations de prise en charge.

Dossier : Pneumologie pédiatrique
0

Les conséquences respiratoires de la prématurité ne sont pas limitées à la période néonatale et la naissance prématurée est associée à une morbidité respiratoire tout au long de la vie, même en l’absence de maladie respiratoire néonatale. L’impact clinique est essentiellement représenté par une augmentation de la fréquence de l’asthme et, dans une moindre mesure, d’une moins bonne tolérance à l’effort. L’impact fonctionnel correspond surtout à des valeurs de VEMS un peu abaissées. Enfin, la persistance d’anomalies radiologiques est également bien décrite. Les mécanismes en cause dans l’ensemble de ces processus sont encore incomplètement connus. Un calibre réduit des voies aériennes, mais aussi des phénomènes inflammatoires actifs persistants et une sénescence cellulaire accélérée pourraient être à l’origine des complications observées.

Dossier : Pneumologie pédiatrique
0

Le microbiome respiratoire est une entité mise en évidence grâce à l’avènement des techniques de biologie moléculaire. Ce microbiote existe probablement déjà in utero pour se modifier au cours de la croissance. Il interagit avec le microbiote digestif mais également avec le microbiote cutané et l’oropharynx. Les études dans le modèle murin nous montre qu’il existe une interaction entre le microbiote digestif et pulmonaire. Cette interaction intervient dans l’immunité pulmonaire innée et la modification de la réponse inflammatoire. Les comparaisons du microbiote chez l’enfant et l’adulte “sain” et asthmatique montrent qu’il existe une différence entre ces deux populations. Cette différence pourrait intervenir dans la genèse de l’asthme ou favoriser une réponse au traitement inhalé différente.

Dossier : Pneumologie pédiatrique
0

La vaccination anti-pneumococcique des nourrissons avec le vaccin conjugué PCV-13, recommandée en France depuis 2010 à partir de l’âge de 2 mois, a diminué drastiquement l’incidence des pneumonies graves et des pleurésies à pneumocoques de l’enfant.
Ce vaccin est efficace sur les souches de pneumocoque de portage oropharyngé résistantes aux antibiotiques et, actuellement, la résistance des pneumocoques à l’amoxicilline est très faible, de 2 %. Il n’y a, 6 ans après l’introduction du PCV-13 en France, aucun signe de remplacement des sérotypes de pneumocoque du PCV-13 mais la surveillance épidémiologique des souches de pneumocoque reste nécessaire.

1 2 3 44