0

J’y pense tout le temps

Salle de gymnase d’un arrondissement parisien, centre d’hébergement temporaire pour l’accueil de réfugiés ukrainiens. Espaces cloisonnés par des cartons et des voilages de couleur en de petites chambres avec deux lits de camp juxtaposés.

Revues générales
0

La reconnaissance précoce des signes annonciateurs de PIMS (fièvre et signes digestifs dans 70 % des cas) et de ceux de décompensation cardiaque (polypnée, instabilité tensionnelle, tachycardie, hépatomégalie) est cruciale, et a pour but essentiel d’optimiser la prise en charge et d’éviter la mortalité.
La présence de signes de décompensation cardiaque implique le transfert via une régulation du Samu vers une unité de soins intensifs pédiatriques. S’ils ne sont pas présents, l’enfant doit être adressé sans délai dans un service d’urgences pédiatriques pour une évaluation initiale et une orientation ultérieure adaptée. La recherche d’une preuve d’infection antérieure par le SARS-CoV-2 ne doit pas différer la prise en charge.

Analyse bibliographique
0

Chez l’adulte, les apnées du sommeil sont associées à un risque cardiovasculaire, des changements du diamètre des carotides ont été observés. Chez l’enfant, les conséquences d’un syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) sur la fonction artérielle ne sont pas claires. Des variations de la pression artérielle et des modifications du ventricule gauche avec une hypertrophie et/ou une dysfonction ont déjà été décrites. En revanche, les effets d’un SAOS sur le diamètre et la fonction des carotides ont été peu étudiés et les résultats sont parfois discordants.

Analyse bibliographique
0

L’asthme est une pathologie pédiatrique fréquente. 5 à 10 % des enfants asthmatiques ont une maladie caractérisée comme sévère avec un risque de dégradation progressive de la fonction respiratoire. Une inflammation de type 2 est prédominante dans l’asthme de l’enfant avec la production de cytokines de type IL4, 5 et 13 responsables de l’activation des éosinophiles, de la production d’IgE, d’une augmentation de la fraction expirée de monoxyde de carbone (FeNO) et de la production de mucus.

Revues générales
0

Un enfant qui suce son pouce est très mignon en photo, mais faut-il le laisser faire très longtemps si on souhaite lui éviter le port d’un appareil orthodontique à l’adolescence ? Et combien d’enfants voit-on dans la rue avec une tétine en bouche ? Cet article présente quelques conseils pour le pédiatre afin d’aider les parents à supprimer ces mauvaises habitudes.

Revues générales
0

Les cardiopathies congénitales nécessitent une prise en charge chirurgicale ou interventionnelle dans 50 % des cas. Leur anatomie et leur histoire naturelle déterminent le degré d’urgence d’intervention de la naissance jusqu’à l’âge adulte. Certaines cardiopathies mènent rapidement au décès sans intervention en période néonatale, pendant que d’autres seront diagnostiquées en l’absence de symptômes à l’adolescence ou à l’âge adulte.
L’objectif de leur prise en charge est d’intervenir au bon moment afin de permettre la survie, si elle est menacée, ou de prévenir les complications à court, moyen ou long terme : l’insuffisance cardiaque par hyperdébit, cyanose chronique, dilatation ou hypertrophie ventriculaire par surcharge barométrique ou volumétrique, l’hypertension artérielle pulmonaire et, enfin, les troubles du rythme et la défaillance cardiaque tardive.

Revues générales
0

L’obésité de l’enfant est due à une programmation génétique des centres cérébraux de régulation du poids à un niveau plus élevé. C’est une injustice de la nature. Les endocrinopathies ne sont pas des causes d’obésité mais un diagnostic différentiel, il ne faut donc pas systématiquement les rechercher. Les complications fréquentes (insulinorésistance, dyslipidémies, stéatose hépatique, douleurs, asthme, troubles des règles, vergetures) sont bénignes et ne nécessitent le plus souvent aucun traitement spécifique. Les complications graves (diabète, hypertension artérielle, stéato­hépatite, épiphysiolyse de la tête fémorale, apnées du sommeil, hypertension intracrânienne) sont exceptionnelles. Les principales complications sont psycho-sociales, à l’origine de la souffrance morale des enfants obèses et de leur famille. Aucun bilan sanguin systématique ne doit être prescrit, les explorations doivent uniquement être orientées par la clinique.
Le traitement repose sur une restriction énergétique cognitive éventuellement associée à une augmentation de l’activité physique. Il nécessite un soutien psychologique permanent pour apporter la motivation nécessaire afin de tolérer les frustrations. Les résultats thérapeutiques sont décevants mais ils n’influent pas sur le pronostic pondéral ou cardiovasculaire à l’âge adulte. La prévention de l’obésité est inefficace.

Revues générales
0

L’épiphysiolyse fémorale supérieure (EFS) est la pathologie de hanche la plus fréquente de l’adolescent et du grand enfant. Si l’obésité est le principal facteur de risque d’un glissement épiphysaire en période pubertaire, de nombreux autres facteurs ont été identifiés. Une EFS dite “secondaire” à une pathologie systémique doit être évoquée lorsque l’âge est inférieur à 10 ans ou supérieur à 15 ans. L’EFS peut être secondaire à des troubles endocriniens tels que l’hypothyroïdie, à des maladie métaboliques ou rhumatologiques, ou à la iatrogénicité d’une radiothérapie.
Quelle que soit la cause, le diagnostic d’une EFS est clinique et nécessite une radiographie de face et de profil. Sa prise en charge est toujours une urgence chirurgicale.

Revues générales
0

L’asthme de l’adolescent est une maladie chronique fréquente, prise en charge par un traitement inhalé en cas de symptômes associé éventuellement à un traitement inhalé quotidien. Depuis 2019, le GINA (Global Initiative Against Asthma) a inclus dans ses recommandations de prise en charge de l’asthme persistant léger la possibilité d’utiliser l’association corticostéroïdes inhalés (CSI) + formotérol comme traitement de secours seul ou comme traitement de secours et de fond. Auparavant, le traitement de secours était toujours les bronchodilatateurs de courte durée d’action, les CSI étant réservés au traitement de fond.
Ce nouveau schéma thérapeutique repose sur des preuves scientifiques solides et doit être une possibilité de traitement chez l’adolescent, tout en favorisant l’observance grâce à l’adhésion du patient via une bonne éducation thérapeutique.

Dossier : Allergies alimentaires
0

Les preuves sont aujourd’hui nombreuses pour recommander une diversification alimentaire dès l’âge de 4 à 6 mois, avec une introduction précoce des aliments à fort potentiel allergénique (notamment œuf, arachide) chez tous les nourrissons dans l’objectif de diminuer le risque de survenue d’allergie alimentaire. En l’absence de dermatite atopique sévère, aucun bilan allergologique n’est nécessaire au préalable.

Dossier : Allergies alimentaires
0

L’immunothérapie (IT) aux aliments n’en est encore qu’à ses balbutiements. Cette IT est principalement étudiée par voie orale dans l’allergie IgE-médiée (ITO). Les recommandations européennes de 2019 précisent de ne pas effectuer d’ITO en pratique courante en raison d’un rapport bénéfice/risque encore incertain. Elles semblent cependant éloignées de la pratique de terrain.
Il est possible d’argumenter les indications d’ITO en fonction de l’enfant, de sa famille, de l’aliment en cause et du phénotype de l’allergie alimentaire, et ainsi de sélectionner les patients.