0

La maladie et la personne. Histoire d’une rencontre

Dans un livre paru récemment Pour une médecine humaine. Étude philosophique d’une rencontre, Gérard Reach transmet ses inquiétudes à propos d’une médecine qui, confrontée à la multiplication de techniques nouvelles d’examens dont les résultats ne seraient pas “accompagnés”, pourrait perdre de son humanité.

Un germe et sa prévention
0

La Haute Autorité de santé (HAS) recommande la vaccination contre les rotavirus (RV) de tous les nourrissons âgés de 6 semaines à 6 mois (publication sur le site de la HAS le 23 juin 2022) [1]. Plus précisément, Il s’agit d’une levée de la suspension (émise en 2015) de la précédente recommandation de 2013. Cet article rappelle les caractéristiques des RV, de leur transmission, de leur pathogénicité, le fardeau et l’épidémiologie de ces infections, la nature des deux vaccins, leur efficacité en vie réelle et leur balance bénéfice/risque favorable, et enfin détaille les recommandations de la HAS.

Dossier : La responsabilité médicale en pédiatrie
0

Certaines professions médicales ou chirurgicales ont une fréquence de sinistralité très élevée, comme par exemple la chirurgie du rachis ou la chirurgie orthopédique et traumatologique. En revanche, la pédiatrie correspond à une profession médicale dont la fréquence de sinistralité est très basse.
Si le risque médico-juridique en pédiatrie est faible, il n’est pas non plus inexistant. Au travers d’une étude menée sur un échantillon de 125 réclamations patients enregistrées à la MACSF de 2016 à 2020 mettant en cause un médecin pédiatre, il est possible de dégager des tendances statistiques. L’objectif de cette analyse est également de mettre en évidence des récurrences sur les motifs de réclamations, objectivant des vulnérabilités dans les process de prise en charge, et permettant ainsi aux praticiens de mettre en place des actions de prévention et de sensibilisation à ces risques (individuelles ou collectives).

Dossier : La responsabilité médicale en pédiatrie
0

Tous les pédiatres et pas seulement les néonatologistes seront confrontés à une expertise au cours de leur carrière. Il est important de s’y préparer. Les procédures sont le plus souvent à visée de réparation, la victime ou sa famille voulant être indemnisée de préjudices souvent lourds.
Les pédiatres doivent se protéger en étant rigoureux dans leur pratique, en traçant leur activité, en s’adaptant à leur mode d’exercice. Le maintien d’un lien avec les familles est fondamental. La gestion et la prévention des risques doivent faire partie aujourd’hui de la formation de tout pédiatre.

Dossier : La responsabilité médicale en pédiatrie
0

Le rôle du médiateur médical n’est pas de prévenir un engrenage juridique mais d’écouter et d’informer les patients sur leurs doléances. La qualité et la traçabilité des décisions médicales et des informations sont des données médico-légales essentielles et qui sont utilisées comme telles à l’occasion d’une expertise consécutive à une plainte. Les médiateurs des centres hospitaliers devraient pouvoir compléter leur mission, en amont, vis-à-vis des équipes soignantes, pour les informer sur les aspects médico-légaux du dossier médical.
Les plaintes en périnatologie et en pédiatrie aboutissent, dans une proportion importante de cas, à la validation par les experts judiciaires de la prise en charge de l’enfant. Les parents sont alors les victimes – au plan financier comme au plan psychologique – d’une procédure inutile. Si, lors de l’entretien avec les médiateurs, la prise en charge est expliquée et bien comprise, il est possible que cela réduise le nombre de procédures en aval.

Dossier : La responsabilité médicale en pédiatrie
0

Le rôle du médiateur médical au sein d’une communauté hospitalière n’est pas en premier lieu, comme le souligne Yannick Aujard, de prévenir un engrenage juridique mais se situe le plus souvent comme un exercice qui exige neutralité, écoute, analyse et accompagnement. Autant de qualités qui permettent d’établir la confiance par une communication éthique responsable même si non décisionnelle. Une médiation réussie n’est pas la seule approche de la résolution d’un conflit. Elle peut être aussi l’occasion de la révélation mutuelle d’une part inconnue de soi, écrit Didier Sicard.

Analyse bibliographique
0

Depuis quelques années, les traitements conservateurs en cas d’appendicite aiguë sont de plus en plus réalisés. Un traitement par antibiotiques seuls entraînerait un taux de succès aux alentours de 75 % à 1 an chez l’enfant. Cette pratique est reconnue comme une alternative au traitement chirurgical aux États-Unis en cas de forme non compliquée, sans stercolithe et après accord de la famille.

Analyse bibliographique
0

Le diabète de type 2 de l’enfant peut débuter précocement avec une progression rapide des complications. La metformine est le traitement de première intention mais son efficacité est souvent insuffisante et n’évite pas la détérioration rapide des cellules β du pancréas. Récemment, 2 agonistes des récepteurs du GLP1 ont montré une amélioration du contrôle glycémique chez les jeunes patients, mais le liraglutide nécessite des injections quotidiennes et l’exénatide, bien qu’en injection hebdomadaire, requiert une méthode d’administration spécifique. Ainsi, le dulaglutide, un autre agoniste des récepteurs du GLP1, plus facile d’emploi et dont l’injection est hebdomadaire, a été développé et approuvé pour le diabète de type 2 de l’adulte.

Revues générales
0

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire de la peau qui évolue sur un mode chronique, le plus souvent associée à d’autres phénotypes de l’atopie tels que l’asthme, la rhinite allergique et l’allergie alimentaire (AA). L’étude LEAP (Learning About Peanut Allergy) a montré une réduction significative du risque de développer une AA à l’arachide chez les nourrissons atteints d’eczéma sévère et/ou d’allergie à l’œuf ayant bénéficié de l’introduction précoce de protéines d’arachide entre les âges de 4 et 11 mois.
Cet article évalue les conséquences de l’étude LEAP, y compris sa faisabilité chez les enfants nourris au sein, les avantages de l’introduction précoce de divers aliments “allergisants” usuels entre 4 et 6 mois et les effets éventuels d’une restauration de la fonction barrière de la peau par l’application d’émollients, associés ou non à l’introduction précoce des aliments.

Revues générales
0

Un allaitement maternel exclusif prolongé ne diminue pas le risque de survenue d’une allergie aux protéines de lait de vache (APLV) et il n’existe pas de recommandations spécifiques concernant la prévention de ce type d’allergie chez des nourrissons exclusivement allaités.
Des études récentes ont montré que l’administration de PLV par complément de petits biberons au cours d’un allaitement maternel exclusif dès la maternité ou dès le premier mois de vie aurait un effet bénéfique sur la prévention de l’APLV, à condition que les prises soient régulières et les quantités bues d’au moins 10 mL par jour. Les volumes de lait infantile ne doivent cependant pas être trop importants afin de ne pas compromettre l’allaitement maternel.