Conduite à tenir devant une hypertriglycéridémie

0

L’hypertriglycéridémie (HTG) est une anomalie métabolique dont la prévalence est difficile à estimer chez l’enfant et l’adolescent. Une étude américaine récente a estimé que 10,7 % des adolescents nord-américains présentaient une HTG [1]. Sa définition varie selon l’âge : le diagnostic est évoqué devant des taux de triglycérides après 12 h de jeûne supérieurs à 1 g/L chez l’enfant de moins de 10 ans, et supérieurs à 1,3 g/L après cet âge.

Physiopathologie

On distingue 2 types de lipoprotéines riches en triglycérides. Les chylomicrons, synthétisés dans l’entérocyte après un repas et composés de triglycérides d’origine alimentaire, sont exportés dans la lymphe puis dans la circulation sanguine où ils sont hydrolysés, au niveau de l’endothélium vasculaire, par la lipoprotéine lipase (LPL) en acide gras et glycérol.

Les autres lipoprotéines riches en triglycérides sont les VLDL, qui transportent les lipides synthétisés par les hépatocytes vers les tissus périphériques où ils seront également hydrolysés. Deux grands mécanismes vont donc être responsables d’une HTG : une surproduction de triglycérides par le foie ou un défaut de leur catabolisme (lipolyse intravasculaire, épuration hépatique).

Conduite à tenir

Devant la découverte d’une HTG chez l’enfant, il faut avant tout s’assurer que le prélèvement a bien été fait à jeun. Idéalement, 12 h de jeûne sont nécessaires. Chez le nourrisson, notamment en cas d’allaitement maternel, ce critère est difficile à respecter. Un jeûne le plus long possible sera souhaitable, l’aspect du sérum et le taux de triglycérides permettront d’évaluer l’HTG. En cas d’élévation confirmée des triglycérides, il faut contrôler le dosage sur un deuxième prélèvement après 12 h de jeûne, un mois plus tard. Des fausses hypertriglycéridémies par hyperglycérolémie doivent être éliminées avec les biochimistes en cas de doute.

Une fois le diagnostic posé, il est nécessaire de définir le degré (tableau I) et le type de dyslipidémie responsable de l’hypertriglycéridémie (tableau II).

Une HTG peut être primitive ou secondaire. Un taux de triglycérides > 5 g/L évoque une HTG primitive par un défaut de synthèse ou du métabolisme des triglycérides. Ces causes sont rares. À l’inverse, les causes secondaires sont de loin les plus fréquentes chez[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire