Enrichissement des formules infantiles : réels effets bénéfiques ou simple marketing ?

0

Depuis de nombreuses années, les industriels des préparations infantiles enrichissent leurs produits avec des ingrédients dans l’objectif de leur conférer de nouvelles propriétés bénéfiques aux nourrissons. Dans la majorité des cas, cet enrichissement concerne des éléments présents, sous la même forme ou pas, dans le lait de mère, avec toujours la même idée de s’approcher au plus près de cet aliment-étalon. Si une telle volonté est louable, il semble légitime de s’interroger sur l’intérêt réel de ces ajouts pour la santé de l’enfant.

L’objectif de cet article sera d’analyser l’intérêt des enrichissements en probiotiques, prébiotiques, symbiotiques, ferments lactiques, oligosaccharides du lait humain (HMO pour human milk oligosaccharides) et lactoferrine.

Probiotiques

Les probiotiques sont des micro­organismes vivants produisant un effet bénéfique pour la santé de l’hôte lorsqu’ils sont administrés en quantité adéquate. Bien que le lait de mère ne soit pas stérile, ce ne sont pas exactement les micro­organismes qu’on y trouve qui sont ajoutés dans les préparations infantiles.

On notera qu’il s’agit d’une prouesse technique d’enrichir les laits avec une bactérie qui reste vivante à l’état latent dans la poudre et parvient à coloniser le tube digestif en résistant au pH acide gastrique après ingestion du lait reconstitué. C’est probablement pour cette raison que peu d’industriels parviennent à ajouter des probiotiques dans leurs préparations (Guigoz, Lactalis, Sodilac).

La dernière méta-analyse des effets des laits avec probiotiques publiée en 2017 [1] a mis à jour la précédente effectuée par la Société européenne de gastroentérologie, hépatologie et nutrition pédiatriques (ESPGHAN) en 2011 [2]. Elle a colligé 20 études contrôlées et randomisées (jusqu’en septembre 2016).

Les auteurs retiennent la réduction du risque de diarrhée infectieuse (Bifidobacterium lactis Bb12, Lactobacillus reuteri ATCC55713, Lactobacillus salivarius CEC5713) et d’épisodes respiratoires (Lactobacillus salivarius CEC5713), la diminution des coliques (Bifidobacterium lactis Bb12 + Streptococcus thermo­philus), l’augmentation de la fréquence des selles (Lactobacillus rhamnosus GG), et la réduction[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques, Hôpital Armand-Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire