Dépistage des troubles obstructifs du sommeil : l’interrogatoire parental peut-il suffire ?

0

Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) regroupent différentes entités cliniques, formant un continuum : les ronflements simples ou primaires, le syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures et le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS). La cause principale des TROS de l’enfant est l’hypertrophie des tissus lymphoïdes (végétations et/ou amygdales). Les ronflements primaires touchent environ 10 % de la population pédiatrique (ce chiffre est variable selon les études, en l’absence de définition consensuelle). Ils sont généralement isolés, donc non accompagnés d’apnées, de réveils nocturnes, d’hypoventilation, d’anomalies des échanges gazeux (hypoxémie et/ou hypercapnie) et n’ont pas de conséquences diurnes [1]. Le SAOS est caractérisé par la survenue d’épisodes répétés d’obstruction des voies aériennes, complets ou partiels, durant le sommeil. Le pic de prévalence est d’environ 3 % entre 3 [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pneumologie Pédiatrique, Hôpital Armand Trousseau, PARIS. Centre de Pneumologie de l’Enfant, BOULOGNE- BILLANCOURT.

Laisser un commentaire