Effets indésirables et réactions secondaires aux vaccins : distinguer le vrai du faux

0

La vaccination représente aujourd’hui le moyen de prévention le plus efficace pour lutter contre des maladies infectieuses qui peuvent être graves, difficiles à traiter et/ou à risques de complications ou de séquelles.

Du fait de leur administration à des personnes généralement en bonne santé, majoritairement des enfants, l’innocuité des vaccins est un impératif majeur.

L’objectif de leur développement est donc d’obtenir un produit offrant le meilleur niveau de protection avec le plus faible taux de réactions secondaires. Leur surveillance bénéficie d’une attention particulière. Outre les systèmes classiques de surveillance assurés par les centres de pharmacovigilance et les laboratoires pharmaceutiques, plusieurs structures ont été mises en place dans le monde afin de renforcer l’efficacité de la vaccinovigilance et de pouvoir déterminer, si besoin en est, des liens de causalité entre des manifestations observées et des vaccins (encadré 1).
Si aucun vaccin n’est ni complètement exempt de réactions secondaires ni totalement efficace, les vaccins figurent cependant parmi les traitements présentant les meilleurs rapports bénéfices/risques.

Ainsi, dans les pays industrialisés, les maladies prévenues par les vaccins sont devenues très rares, dès lors qu’une stratégie permettant une couverture vaccinale élevée a été mise en place. En conséquence, la population générale (et aussi médicale) ignore aujourd’hui ce que sont les maladies ainsi prévenues comme le tétanos, la diphtérie, les infections systémiques à Haemophilus influenzae sérotype b, induisant par contrecoup une focalisation sur les manifestations cliniques rapportées après vaccination (effets indésirables) [5].

Si certaines de ces manifestations sont effectivement dues aux vaccins (réactions secondaires), d’autres ne sont que le résultat de coïncidences (événements intercurrents), et s’expliquent par le nombre considérable de vaccinations réalisées (plusieurs millions d’individus chaque année).

La majorité des polémiques vaccinales (sclérose en plaques, myofasciite à macrophages,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

CHI, CRÉTEIL, Unité petits nourissons, CRéTEIL, ACTIV, SAINT-MAUR.

Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA), Infovac, Groupe Indépendant d’experts en vaccinologie.

Laisser un commentaire