Hypertension essentielle de l’enfant : quel dépistage, quelle prise en charge ?

0

L’hypertension artérielle (HTA) est une des causes majeure, de morbidité et de mortalité prématurées dans le monde [1]. La prévalence globale de l’hypertension chez l’adulte était de 26 % en 2000, avec des projections pour l’année 2025 aux alentours de 30 %. Chez l’enfant, la prévalence est estimée entre 3 et 5 % de 0 à 18 ans. Elle augmente progressivement avec l’âge passant de 0,2 % chez le nouveau-né bien portant (0,8 % chez le prématuré hospitalisé en unité de soins intensifs) jusqu’à 10 % chez l’adolescent de 18 ans [2].

Lorsque l’HTA n’a pas de cause sous-jacente retrouvée, on parle d’HTA essentielle ou primaire. Bien qu’historiquement, une grande partie des HTA de l’enfant soit de causes secondaires, cette tendance semble s’inverser lors des 20 dernières années. La prévalence de l’hypertension artérielle essentielle est maintenant de 50 % chez l’adolescent et ce diagnostic n’est pas exceptionnel dans la petite enfance [3].

Pour bien appréhender les mécanismes en jeu dans l’HTA essentielle, il est important de bien comprendre sa physiopathologie.

Physiopathologie

La tension (TA) est la force que le flux pulsatile du sang exerce sur la paroi des vaisseaux artériels.

Ses 2 déterminants sont le débit cardiaque et les résistances périphériques.

Une augmentation prolongée du débit cardiaque va provoquer une HTA volume dépendante ; l’augmentation de la contractilité, la tachycardie ou l’augmentation du retour veineux (augmentation de la volémie ou du tonus veineux) peuvent en être responsables.

Les résistances vasculaires périphériques dépendent du tonus de la musculature lisse artériolaire contrôlé par des phénomènes nerveux ou hormonaux.

Schématiquement, la régulation de la TA se réalise par 2 mécanismes distincts mais fortement intriqués.

1. La régulation nerveuse

C’est le système nerveux végétatif qui est responsable de la régulation tensionnelle et cela grâce à ses 2 composants :

  • le[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Néphrologie et de Dialyse pédiatrique, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Néphrologie pédiatrique, hôpital Armand-Trousseau, APHP et université Pierre-et-Marie-Curie, PARIS.

Laisser un commentaire