Immunothérapie orale avec l’AR101 pour l’allergie à la cacahuète chez l’enfant

0

Palisade Group of Clinical Investigators, Vickery BP, Verada A et al. AR101 Oral Immunotherapy for Peanut Allergy. N Engl J Med, 2018;379:1991-2001.

L’allergie à la cacahuète, en augmentation dans les pays industrialisés, persiste le plus souvent à l’âge adulte et expose à des accidents allergiques graves pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Actuellement, la prise en charge de ces allergies consiste à exclure strictement les produits contenant de la cacahuète. Quelques études ont montré que l’immunothérapie orale semble prometteuse pour ce type d’allergie mais les essais sont limités, avec des petits effectifs et des méthodologies de qualité variable. L’AR101 est un médicament biologique oral dérivé de la cacahuète
comprenant différents dosages et permettant d’arriver à une dose de maintenance quotidienne de 300 mg de protéines.

L’objectif de cet essai de phase 3 randomisé-contrôlé en double aveugle était d’évaluer l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’AR101 chez l’enfant allergique à la cacahuète.

L’essai a été conduit dans 66 pays d’Amérique du Nord et d’Europe, chez des patients de 4 à 17 ans qui avaient une histoire clinique d’allergie à la cacahuète avec une dose inférieure à 100 mg de protéines, des IgE spécifiques positives et/ou des prick-tests supérieurs à 3 mm par rapport au témoin négatif. Les patients étaient randomisés avec un ratio 3:1 pour recevoir l’AR101 ou un placebo pendant 12 mois. Dans le groupe interventionnel, les doses de protéines étaient augmentées progressivement toutes les 2 semaines en commençant à 3 mg jusqu’à une dose de maintenance de 300 mg pendant 24 semaines. À la fin de l’essai, un test de provocation oral (TPO) était réalisé. Le premier objectif était d’évaluer la capacité des enfants à consommer une dose unique d’au moins 600 mg au cours du TPO. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer la sévérité des réactions et le taux d’utilisation d’adrénaline lors du TPO et d’étudier les modifications du diamètre des prick-tests et des taux d’IgG4 et d’IgE.

Les 496 enfants inclus ont été randomisés sans différence significative en termes de sexe, d’âge et de mode de révélation de l’allergie, 72 % ont eu une réaction anaphylactique, 53 % présentaient un asthme et 66 % des allergies alimentaires multiples. 79 % ont terminé l’étude dans le groupe AR101 et 92,7 % dans le groupe placebo. Dans le groupe interventionnel, 250 sur 372 (67,2 %) étaient capables lors du TPO de consommer 600 mg de protéine de cacahuète versus 5 sur 124 (4 %) dans le groupe placebo soit une différence de 63,2 points de pourcentage (IC 95 % : 53 à 73,3 ; p < 0,001). Au cours du TPO, les réactions était modérées dans 25 % des cas dans le groupe AR101 versus 59 % dans le groupe contrôle, et sévères dans[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire