Il est temps de reconnaître l’engendrement avec tiers donneur

0

Les opposants à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules s’inquiètent de ses effets potentiels sur les enfants. Face à eux, les partisans de la réforme rappellent que de très nombreuses études sont disponibles, qui montrent que les enfants nés de PMA ou élevés dans des familles homoparentales vont bien. Mais tout se passe comme si les deux camps se faisaient face sans parvenir à dialoguer. Il n’appartient pas à la sociologue que je suis de se prononcer sur les études des psychologues et des psychiatres. En revanche, il me semble que la sociologie du droit permet d’aborder les choses de façon différente.En effet, on entend beaucoup dire que l’ouverture aux femmes seules et aux couples de femmes introduirait une fracture juridique, anthropologique et bioéthique au sein même des pratiques médicales d’aide à la procréation. Alors que jusqu’à présent la PMA a toujours été conçue comme un ensemble de traitements des infertilités [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Sociologue, Directrice d’études à l’EHESS, PARIS.

Laisser un commentaire