L’investissement immobilier avec déficit foncier

0

Revenus fonciers ou la contre-niche fiscaleDepuis le 1/1/2012, les prélèvements sociaux sur les revenus fonciers sont passés de 13,50% à 15,50% ! Ainsi, pour la tranche d’impôt sur le revenu à 41%, les bénéfices fonciers sont désormais amputés de 56,50% (bientôt probablement 60.50%) et il ne reste donc que 43,50% net (voire prochainement que 39.50%) pour le propriétaire foncier !On comprend ainsi qu’un investissement immobilier nu nécessite un traitement de faveur pour sortir gagnant. A défaut, il est préférable de vendre.Le Dr B. détient un bien immobilier estimé à 500 000€ et il perçoit des loyers de 25 000€ avant impôts, soit 5% de la valeur du bien. Après impôts et CSG/CRDS, il ne lui reste que : 10 875€. Si l’on compare ces loyers nets à la valeur de son bien, la rentabilité nette tombe à 2,17% (sans compter taxe foncière, assurance, …), soit au final une rentabilité inférieure à 2% !Un traitement de faveur par excellence : l’i[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Patrimoine Premier

Laisser un commentaire