L’asthme de l’enfant : sur ou sous-diagnostiqué ?

0
Table des matières
  1. Conclusion

Devant une toux exacerbatrice de l’enfant, de nombreux médecins, qui répugnaient dans le passé à parler d’asthme pour ne pas inquiéter les familles, évoquent désormais, très ou trop facilement, un asthme et le traitent comme tel, d’autant plus si l’enfant a des antécédents d’asthme de moins de 36 mois, alors que l’asthme dans cette tranche d’âge est majoritairement transitoire, surtout en l’absence d’atopie.

Le diagnostic de toux non spécifique, pourtant bien établi et majoritaire sur des cohortes pédiatriques de tousseurs chroniques [1], reste inconnu de nombreux praticiens, conduisant à de nombreuses erreurs diagnostiques. Ainsi, sur 108 enfants présentant une toux chronique explorés de manière extensive, avec notamment la réalisation d’un lavage broncho-alvéolaire, le diagnostic d’asthme évoqué médicalement passe de 50 % avant exploration à 5 % à la fin de la démarche diagnostique.

À l’inverse, l’asthme se manifestant uniquement par des accès de toux – cough variant asthma – est une entité rare en pédiatrie [2].

Ces divers éléments concourent actuellement au sur-diagnostic de l’asthme, faisant suite à une période de sous-diagnostic dans les années 1980. Cette tendance actuelle au sur-diagnostic de l’asthme est confirmée chez l’adulte par les études ayant mis en place une méthodologie pour répondre à cette question, qui évaluent les diagnostics d’asthme par excès en médecine ambulatoire entre 30 et 61 % des cas suivant les séries [3]. Un pourcentage du même ordre de grandeur de sur-diagnostic d’asthme (48 %) est retrouvé dans une étude pédiatrique consacrée à cette question [4].

Ces diagnostics par excès d’asthme ont pour conséquences :

  • la surconsommation médicamenteuse ;
  • la modification de la balance bénéfice/risque des corticoïdes inhalés ;
  • le risque de méconnaître le vrai diagnostic ;
  • un impact sur les études épidémio­logiques.

Ces difficultés diagnostiques sont largement liées au caractère hétérogène et imparfaitement défini de la maladie asthmatique, résumé par le consensus GINA [5] comme : “une maladie hétéro­gène, généralement caractérisée par une inflammation chronique des voies respiratoires. Il est défini par les antécédents de symptômes respiratoires tels que respiration sifflante, essoufflement, oppression thoracique et toux qui varient en fonction du temps et de l’intensité, ainsi que des limitations variables du débit d’air expiratoire.

Il importera de se souvenir, comme élément diagnostique essentiel, que l’asthme chez l’enfant d’âge scolaire est associé à une sensibilisation respiratoire[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité de Pneumologie Pédiatrique, Hôpital Robert Debré, PARIS.

Laisser un commentaire