Les colites à éosinophiles : une nouvelle manifestation de l’allergie ?

0

Les désordres gastro-intestinaux à éosinophiles (EGID) consistent en l’œsophagite à éosinophiles (EoE), les gastrites à éosinophiles (GE), les gastroentérites à éosinophiles (GEE), les entérites à éosinophiles (EIE) et les colites à éosinophiles (CE). Les EGID sont soit primaires – c’est-à-dire sans cause connue responsable de l’infiltrat éosinophilique – soit secondaires à des causes connues identifiées (tableau I) [1, 2]. L’accumulation des éosinophiles (eos) dans le tractus digestif est un phénomène commun de plusieurs pathologies gastro-intestinales, incluant l’allergie alimentaire (AA) de type IgE et non IgE médiée, l’EoE, la GE, la GEE, l’EIE, le reflux gastro-œsophagien (RGO), les réaction médicamenteuses, les infections parasitaires, les maladies malignes et les maladies inflammatoires du tube digestif (MICI) [1, 2].

Nous allons détailler dans cet article plus spécifiquement l’entité et la prise en charge des CE chez le nourrisson et le grand enfant (période néonatale exclue).

Définition des colites à éosinophiles (CE)

La CE est définie par l’accumulation importante d’infiltrat éosinophilique au niveau de la muqueuse colique, qui est souvent associée à des variétés de désordres telles que : GEE, GIE, colites allergiques alimentaires surtout chez le nourrisson [3], réactions médicamenteuses, vascularites de type syndrome de Churg-Strauss, infections digestives parasitaires et les MICI [1-8].

Etiologie

La CE est classée sous deux formes, primaires et secondaires (tableau I). Les formes primaires incluent des variantes atopiques et non atopiques. Cependant, les formes secondaires incluent deux formes : l’une avec des désordres éosinophiliques systémiques et l’autre avec des[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, LILLE

Laisser un commentaire