0

Le petit prince et le chercheur

Le petit prince était parvenu sur la dernière planète de son voyage. Il avait d’abord traversé de larges espaces meublés…

Dossier : Questions de bioéthique
0

Dans cet entretien mené par Geneviève Delaisi de Parseval, nous abordons sous forme de dialogue la problématique de l’anonymat du don de gamètes en PMA sous son aspect génétique. Nous expliquons en quoi la vogue de tests génétiques directement disponibles aux consommateurs modifie complètement la donne en rendant désormais impossible de garantir l’anonymat des donneurs.
Nous abordons aussi les conséquences médicales du fait de cet anonymat et expliquons pourquoi la demande de pouvoir accéder aux origines des personnes conçues par tiers donneur nous semble légitime. L’exemple des nombreux pays européens ayant modifié leur législation démontre que cela n’a pas perturbé leur mode de fonctionnement. Cela va nous permettre de faire des propositions sur la position que pourrait adopter la loi de bioéthique française.
Nous concluons sur le fait qu’il est urgent de réviser cette loi pour accorder l’accès aux origines des personnes conçues par don de gamètes.

Dossier : Questions de bioéthique
0

On présente parfois avec inquiétude l’ouverture de la PMA à toutes les femmes comme une fracture : le passage d’une PMA “thérapeutique” à une PMA “sociale”, voire “de convenance”. Or cette vision est factuellement fausse. La PMA avec tiers donneur est une PMA sociale, et elle a toujours existé. Le vrai problème est qu’en France elle a toujours été cachée, maquillée en pseudoprocréation du couple receveur.
L’enjeu réel de la prochaine réforme est de reconnaître que l’engendrement avec tiers donneur n’est ni une procréation, ni une adoption, mais une troisième façon sui generis de fonder une famille, qui doit être organisée dans le respect prioritaire du droit fondamental de l’enfant à son identité narrative.

Dossier : Questions de bioéthique
0

Les lois de bioéthique adoptées en 1994 puis revues en 2010 sont en cours de révision.
À l’ordre du jour des débats : l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux célibataires.
L’expansion du travail féminin induit un retard de plus en plus important de l’âge de la première maternité.
Certaines femmes à l’approche de la quarantaine, inquiètes de la baisse de leur fertilité, se décident à enfanter seules. En mal de conjugalité, elles choisissent d’avoir un enfant malgré leur célibat et demandent à la médecine de les aider dans ce projet hors norme. Elles décident, après moult hésitations et réflexions, de s’engager dans une monoparenté assumée et non subie.
Comment en viennent-elles à emprunter cette voie iconoclaste ? Comment le vivent-elles et comment voient-elles l’avenir de leurs enfants privés de père non par suite d’un accident conjugal mais du fait du désir de leur mère ?

Un germe et sa prévention
0

Une publication de 2015 dans le Lancet Infectious Disease [1] indique que la première description de la coqueluche ne daterait pas de 1578 par Guillaume de Baillou suite à une épidémie à Paris [2] mais des années 1480-1490 en Perse. Cette maladie aurait commencé comme une épidémie. En effet, les enfants, tout comme les adultes…