Paralysie flasque aiguë : quelles étiologies rechercher ?

0

Ayers T, Lopez A, Lee A et al. Acute flaccid myelitis in the United States: 2015-2017. Pediatrics, 2019;144 [in press].

Jusqu’à la fin des années 1950, le poliovirus était une cause commune de paralysie flasque aiguë (PFA) avec environ 15 000 cas annuels aux États-Unis. Cet agent pathogène peut, en effet, créer une inflammation aiguë des cellules de la corne antérieure de la moelle épinière (substance grise). La généralisation de la vaccination contre le poliovirus a fait disparaître les cas de PFA dus à ce virus. Cependant, de véritables formes de PFA ont été décrites dans les années 1990 et 2010 secondaires à d’autres virus de type entérovirus et coxsackie virus. Suite à une épidémie en 2014 au Colorado, les autorités sanitaires américaines ont redéfini la PFA comme une faiblesse soudaine des membres avec des lésions de la substance grise de la moelle épinière sur l’IRM survenant chez des jeunes de moins de 21 ans.

Le but de ce travail était de décrire les cas de PFA survenus aux États-Unis entre 2015 et 2017 dans leur présentation clinique, biologique, radiologique et de rechercher des agents pathogènes potentiellement responsables.

Durant la période d’étude, tous les patients présentant une hypotonie aiguë des membres subissaient une IRM et/ou une ponction lombaire. Les cas de PFA étaient confirmés si l’IRM retrouvait au moins une lésion de la substance grise de la moelle épinière couvrant au moins un segment vertébral. Les cas étaient probables si le liquide céphalorachidien (LCR) présentait plus de 5 éléments/mm3. Pour la recherche étio­logique, des agents infectieux étaient recherchés par PCR dans des sites stériles (sang, LCR) ou non stériles (nasopharynx, oropharynx, selles).

Au cours de la période étudiée, 305 enfants ont été suspects de PFA, 193 cas ont été confirmés, avec un maximum d’épisodes en 2016. L’incidence annuelle était de 0,71 par million d’enfants de moins de 21 ans. La majorité des patients était des garçons (61 %), l’âge médian au diagnostic était de 6 ans (3 mois-21 ans). Dans 61 % des cas, la PFA survenait entre les mois d’août et novembre. 83 % des patients avaient de la fièvre, une toux, une rhinorrhée et/ou de la diarrhée dans les 5 jours ayant précédé l’hypotonie. 1 ou 2 membres étaient atteints chez 55 % des enfants et 3 ou 4 dans 45 % des cas. 79 % des enfants avaient au moins une atteinte d’un membre supérieur. Au diagnostic de l’hypotonie, 33 % avaient une atteinte des paires crâniennes, 36 % une tétraplégie, 28 % une altération de la conscience et 33 % avaient besoin d’une assistance ventilatoire. Un patient est décédé à 21 ans dans un contexte de méningoencéphalite.

Sur les IRM cérébro-médullaires, les lésions se trouvaient dans 80 % des cas au niveau de la moelle épinière cervicale.[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire