Plonger dans le paysage

1

Michel Serres perçoit dans le médecin d’aujourd’hui un être à deux têtes. L’une d’intelligence scientifique, soucieuse de compétence finalisée sur des problèmes à résoudre par la rigueur du rationnel, et l’autre préoccupée par la sollicitude, attentive à la situation singulière du patient.“L’une reste dans la science, l’autre plonge dans le paysage.” 1La médecine est connaissances, sans cesse approfondies et renouvelées, des maladies, de leurs causes, de leurs traitements et de leurs pronostics. Les médecins de l’Égypte antique en avaient déjà bien cerné les objectifs.Pour tout autant, le “prendre soin” est au cœur de l’art médical. Et la sollicitude ne va pas seulement du soignant au soigné mais traduit, plus encore, l’authentique réciprocité de l’échange au sein duquel trouvent refuge et réconfort le partage des voix ou l’étreinte de mains qui ont peur.J’écoutais récemment avec bonheur l’admirable Françoise Molenat [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Robert Debré, PARIS.

Un commentaire

Laisser un commentaire