L’hépatite B

0

L’étiologie virale des hépatites infectieuses a été suspectée à partir des années 1944, et la distinction entre les virus à transmission parentérale et oro-fécale établie en 1967 dans des conditions non éthiques. Aujourd’hui, la nébuleuse des hépatites virales s’est éclaircie avec l’identification des virus A, B, C, D (ou delta) et E. La place de ces virus est considérable puisque l’OMS considère qu’actuellement ces virus tuent plus que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis [1]. Le virus B serait responsable à lui seul de la moitié des hépatites mortelles.Découverte du virus de l’hépatite B (VHB)Par hasard, en 1963, B.S. Blumberg (un non-virologue) découvrait, dans le plasma d’aborigènes d’Australie, un antigène dit “Ag australia” [2]. Cette découverte lui a valu le prix Nobel en 1976. Mais c’est A.M. Prince [3] qui a montré que cet antigène était associé aux hépatites parentérales (sans être cité au Nobel ). En 1970[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Membre de l’Académie Nationale de Médecine, PARIS.

Laisser un commentaire