Procréation médicalement assistée et risque de cancer chez l’enfant

0

Hargreave M, Jensen A, Hansen MK et al. Association between fertility treatment and cancer risk in children. JAMA, 2019;322:
2203-2210.

Le recours à des techniques de reproduction assistée a augmenté au cours de ces 20 dernières années. Dans certains pays européens, jusqu’à 10 % des enfants naîtraient grâce à ces procédés. Il a été montré que ces enfants avaient plus de risque de prématurité, de faible poids de naissance et de malformations congénitales, en revanche, l’évaluation à long terme est peu étudiée. Il a été suggéré que des changements épigénétiques pourraient être à l’origine de cancer chez l’enfant. Le lien entre procréation médicalement assistée et cancer dans l’enfance a été rapporté dans une revue systématique récente en 2019. Cependant, les études incluses dans ce travail étaient très hétérogènes avec un nombre de patients souvent faible et les techniques d’aide à la procréation étaient peu détaillées.

Ce travail danois avait pour but d’évaluer, dans une large cohorte d’enfants nés entre 1996 et 2012, le risque de survenue de cancer en fonction des causes d’infertilité, des traitements reçus et des techniques de procréation utilisées.

Cette étude rétrospective a inclus 1 085 172 enfants nés au Danemark entre début janvier 1996 et fin décembre 2012, pour lesquels des informations étaient disponibles dans des registres. Sur une période de suivi de 1996 à 2015, le nombre de cancer avant l’âge de 20 ans était référencé. Les traitements de la fertilité reçus par les mères étaient rapportés : clomifène, gonadotrophines, analogues de l’hormone de libération de gonadotrophines, hormone chorionique gonadotrophe, progestatifs et œstrogènes. De même, les techniques de reproduction assistée étaient prises en compte : fécondation in vitro, injection de sperme intracytoplasmique, transfert d’embryons congelés. Les enfants nés par ces techniques reproductives étaient comparés à des enfants nés de femmes fertiles.

Au cours d’un suivi moyen de 11,3 ans, 2 217 enfants ont présenté un cancer (29,2 % de leucémies, 10,9 % de lymphomes, 24,3 % de tumeurs du système nerveux central, 5,9 % de tumeurs du système nerveux sympathique et 29,7 % d’autres tumeurs). 51,1 % des enfants étaient nés d’une femme ayant eu recours à un traitement de la fertilité et 48,5 % étaient nés de femmes fertiles. L’infertilité maternelle n’était pas significativement associée à un risque de cancer chez l’enfant. De même, l’utilisation d’un traitement pour la fertilité ou non n’entraînait pas significativement plus de risque de cancer (HR : 1,03 ; IC 95 % : 0,88 à 1,20). Des résultats identiques étaient retrouvés en étudiant spécifiquement les médicaments reçus (p = 0,04). Enfin, le risque de cancer chez les enfants n’était[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire