Risque de surdité en cas d’infection congénitale à CMV

0

Foulon I, De Brucker Y, Buyl R et al. Hearing loss with congenital cytomegalovirus infection. Pediatrics, 2019;144:in press.

L’infection congénitale à cytomégalovirus (CMV) est l’infection virale fœtale la plus courante. Malgré l’incidence élevée de cette infection, il n’y a pas de dépistage pendant la grossesse ni à la naissance. Les enfants asympto­matiques peuvent développer des séquelles et notamment une surdité neurosensorielle, complication la plus fréquente qui toucherait 5-20 % des enfants selon les séries. Si l’enfant est sympto­matique à la naissance, 30-65 % des enfants développent une surdité selon les études.

Le but de ce travail prospectif était de déterminer l’incidence des surdités chez 157 enfants ayant eu une infection congénitale prouvée à CMV et de déterminer des facteurs de risque liés à sa survenue.

Cette étude prospective a été réalisée en Belgique sur 22 ans et a inclus 157 enfants ayant une infection congénitale à CMV prouvée par un prélèvement salivaire ou urinaire. Le statut de primo-infection ou de récurrence de l’infection était évalué chez la mère. Tous les nouveau-nés étaient examinés à la naissance à la recherche d’une infection symptomatique (hépato­splénomégalie, pétéchies, ictère ou microcéphalie). Un examen otoscopique était réalisé à la naissance chez les enfants avec le dépistage d’une surdité par des potentiels évoqués auditifs (PEA). En cas d’audition normale à la naissance, un suivi était réalisé à 5 et 12 mois puis tous les ans jusqu’à 4 ans. En cas de PEA anormaux à la naissance, un suivi plus fréquent était fait, les tests de dépistage utilisés dépendant de l’âge de l’enfant. La sévérité de la surdité était établie selon des classifications internationales. Tous les enfants avaient soit une échographie transfontanellaire, soit une IRM cérébrale dans les premières semaines de vie.

Sur les 157 enfants inclus, 9 enfants (5,7 %) avaient une infection symptomatique et 146 (93 %) une forme asymptomatique ; pour 2 enfants, les informations étaient manquantes. 76 enfants (48,4 %) étaient atteints dans le cadre d’une primo-infection maternelle et 42 (26,8 %) dans le cadre d’une récurrence ; pour 39 enfants (24,8 %), le type d’infection ne pouvait pas être déterminé. Sur les 76 enfants infectés lors d’une primo-infection, celle-ci survenait chez 17, 33 et 22 enfants respectivement au 1er, 2e ou 3e trimestre de grossesse. Chez 4 enfants, la survenue précise de l’infection était impossible.

Une surdité était diagnostiquée chez 20 enfants (12,7 %) avec un temps médian de suivi de 31 mois, 5,7 % avaient besoin d’un appareillage. Une infection symptomatique entraînait un risque significativement plus important de développer une surdité par rapport aux enfants non symptomatique soit 44,4 % versus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire