Thérapie génique de la maladie de Crigler-Najjar : un modèle à suivre

0

La maladie de Crigler-Najjar est une maladie exceptionnelle qui touche le métabolisme de la bili­rubine. Elle entraîne un ictère permanent et intense, lié à une hyperbilirubinémie non conjuguée. Celle-ci expose l’enfant atteint à un risque constant de lésions neurologiques lors d’épisodes de décompensation, déclenchés essentiellement par les infections et le jeûne [1].

Rappels sur le métabolisme de la bilirubine

La bilirubine est le produit final de dégradation de l’hème qui provient de l’hémoglobine mais aussi des autres hémoprotéines. Elle circule dans le sang, liée à l’albumine. Schématiquement, trois enzymes sont importantes. La première est l’hème oxygénase qui permet l’ouverture du noyau hèminique et la transformation de l’hème en biliverdine. La deuxième est la biliverdine réductase qui transforme la biliruverdine en bilirubine. La troisième est la bilirubine uridine-diphosphate-glucuronosyltransférase qui transforme, au niveau hépatique, la bilirubine non conjuguée, hydrophobe et potentiellement neurotoxique, en bilirubine conjuguée (par fixation d’un et surtout deux acides D-glucuroniques sur la bilirubine). La bilirubine conjuguée est hydrophile, n’est plus neurotoxique et peut-être éliminée dans la bile, puis dans l’intestin. Le métabolisme normal de la bilirubine est schématisé sur la figure 1.

La maladie de Crigler-Najjar est liée à un déficit de la glucuroconjugaison de la bilirubine, à l’origine d’une hyperbilirubinémie non conjuguée néonatale, précoce, intense, prolongée. Cette hyperbilirubinémie non conjuguée met d’emblée le nouveau-né à risque de lésions neurologiques (par passage dans le cerveau de la bilirubine non conjuguée). Ce risque devient majeur lorsque les capacités de liaison de la bilirubine à l’albumine sont outrepassées, la fraction toxique de la bilirubine étant constituée de la bilirubine non conjuguée et non liée. La figure 2 montre les conséquences potentielles du déficit de glucuroconjugaison de la bilirubine.

Présentation clinique et prise en charge d’une maladie de Crigler-Najjar

La maladie de Crigler-Najjar se manifeste dès la période néonatale[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Référence des Maladies Héréditaires du Métabolisme Hépatique, Hôpitaux Universitaires Paris Sud, Hôpital Antoine Béclère, CLAMART, Université Paris Sud, PARIS SACLAY.

Laisser un commentaire