Virus varicelle-zona – Une vaccination un peu particulière, complexe et aux indications délicates à poser

0

Le vaccin varicelle

Le vaccin contre le virus de la varicelle repose sur un virus vivant atténué. Le virus varicelle-zona (VZV) fait partie des herpès virus avec le virus herpès simplex, alpha herpès virus à ADN. Son génome est linéaire à double brin, contenu dans une capside icosaédrique, entouré par une enveloppe glycoprotéique. Les glyco­protéines d’enveloppe facilitent l’entrée du virus dans les cellules.

La première souche de virus atténuée a été la souche Oka, développée au Japon en 1974. Dérivée d’une souche sauvage, celle d’un enfant ayant une varicelle typique, la souche Oka a été produite par passages successifs sur des cellules fibroblastiques embryonnaires humaines, des cellules embryonnaires de hamster et des cellules diploïdes humaines. Cette souche diffère de la souche sauvage par plus de 200 nucléotides, quelques-unes de ces mutations ayant un rôle clé dans l’atténuation de la virulence du virus.

Deux vaccins contre la varicelle disposent d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) en France : le Varivax et le Varilix. Les deux vaccins sont similaires, variant uniquement par le nombre de passages sur cultures cellulaires ou la concentration en antigène. Outre la réponse humorale, ces vaccins stimulent l’immunité cellulaire, provoquant une réponse lymphocytaire proliférative spécifique chez plus de 95 % des sujets vaccinés [1]. Deux vaccins quadrivalents contenant les valences rougeole, oreillons, rubéole et varicelle existent également, ils ont une AMM européenne mais ne sont pas commercialisés en France.

La vaccination se fait par voie intramusculaire ou sous-cutanée. Le schéma vaccinal comporte une dose chez le nourrisson à partir de 1 an et chez l’enfant jusqu’à 12 ans. Deux injections sont recommandées à partir de l’âge de 13 ans, la seconde étant un “booster” de la première dose. L’intervalle recommandé entre les deux doses varie de 4 à 8 semaines pour le Varivax et de 6 à 10 semaines pour le Varilix. Les 2 vaccins sont pris en charge à 65 % par l’Assurance Maladie.

Sur le plan de l’efficacité, une dose de Varilix[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Professeur émérite à Sorbonne-Université Paris, Membre de l’Académie nationale de médecine, PARIS.