Editorial

0

Psychanalyste, un travail universitaire sur la paternité 1 m’avait donné en 1979 l’occasion d’étudier de près les différentes facettes de la procréation médicalement assistée (PMA) depuis l’origine : en 1973 ces techniques se résumaient en France principalement à l’IAD (insémination par donneur anonyme). Les Britanniques et les Belges recouraient, eux, à l’IAD depuis les années 1950. Des séjours dans différents centres de bioéthique (Canada, Belgique, Australie) m’ont par la suite permis petit à petit de comparer le système français avec d’autres pratiques qui ont rapidement débordé le champ proprement médical pour se fondre dans ce qu’on a appelé la “bioéthique”.Depuis quarante-cinq ans, les techniques de PMA se sont considérablement diversifiées et la société a notablement changé (euphémisme !). Mais le phénomène le plus important est peut-être que la loi est chez nous le “grand organisateur” de la PMA (ce qui n’est pas[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Psychanalyste, PARIS.

Laisser un commentaire