Luna : tics et problématique familiale

0

Les tics sont des “gestes intempestifs ou des mouvements coordonnés involontaires, brusques, soudains, répétés et rapides, atteignant un groupe de muscles en liaison fonction-nelle, en vue d’un but plus ou moins fictif, ayant perdu toute utilité” (Jousselme, 2000). Ils sont fréquents chez le jeune enfant, pris dans des conflits de développement qui peuvent provoquer, à certaines périodes (œdipienne notamment) des angoisses difficiles à dépasser (Jousselme et Delahaie, 2012). Dans ces cas, ils restent temporaires. Parfois, ils s’installent de façon plus inquiétante, et il faut toujours chercher – en dehors des causes plus neurologiques (maladie de Gilles de la Tourette) – des éléments plus psychopathologiques, particulièrement à l’adolescence (Jousselme et Douillard, 2012).

Luna, 14 ans, est hospitalisée en neuro-pédiatrie car elle présente des mouvements involontaires des épaules. Le début de ces mouvements est brutal, un jour précis, au collège. Ils se traduisent par des secousses des membres supérieurs, synchrones ou non, sans perte de connaissance, avec poursuite des activités.

L’aggravation progressive en fréquence et en intensité de ces mouvements au cours de la matinée a justifié le retour de Luna chez elle, sans aucune amélioration. Le soir, les parents l’emmènent voir leur médecin traitant qui prescrit du Valium. La symptomatologie persistant, les parents s’inquiètent et Luna est rapidement hospitalisée en neuropédiatrie pour bilan.

À l’arrivée, elle présente des mouvements répétitifs, brusques d’adduction des épaules, avec contractions des agonistes et des antagonistes, d’amplitude modérée, non rythmiques, bilatérales ou non, disparaissant lorsqu’elle réalise une activité manuelle où elle met en action ses fonctions supérieures.

  • L’examen somatique est strictement normal, retrouvant un méningocèle occipital (pour lequel Luna est suivie en neurochirurgie depuis sa naissance) qui n’explique en rien la symptomatologie.
  • L’examen neurologique ne retrouve pas de déficit sensitif ou moteur, les réflexes ostéotendineux sont tous présents, vifs et symétriques. L’examen des paires crâniennes est normal ; Luna ne se plaint pas de céphalées ni de troubles visuels.
  • Le bilan complémentaire ne montre aucune pathologie : l’EEG est normal, sans arguments en faveur d’ailleurs de myoclonies. Le scanner cérébral ne montre pas de particularités en dehors du méningocèle congénital qui n’a pas changé d’aspect. Le fond d’œil est normal, l’examen à la lampe à fente également. La recherche de toxiques dans le sang et les urines est négative, de même que les dosages[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

PUPH Pédopsychiatrie, Paris Sud, Chef de service et Chef du Pôle Enseignement – Recherche de la Fondation Vallée, GENTILLY.

Laisser un commentaire