Se taire, hors de la famille

0

Léa, 5 ans, est adressée à ma con-sultation par son pédiatre pour un mutisme extrafamilial. À la maison, cette petite fille très ouverte et enjouée parle sans problème. Mais à l’école, elle ne sort pas un mot. Du coup, sa maîtresse la protège beaucoup car elle réussit très bien à l’écrit, apparaît  très intelligente et ne se met jamais en conflit avec elle.

Il semble qu’elle soit le “phare” de l’école et que ce soit l’institution scolaire qui se soit adaptée à elle et pas l’inverse. Le pédiatre essaie de donner quelques conseils, mais rien ne bouge et la situation s’enkyste depuis plus de 6 mois.

Biographie

La maman est africaine, et son mari français. Il part travailler en coopération comme ingénieur et la rencontre là-bas. La famille s’installe pendant 3 ans au Cameroun et revient en France à la dernière rentrée scolaire, Léa entrant en grande section de maternelle.

Monsieur est bien accepté par la famille de Madame, qui a tout quitté secondairement pour lui. En revanche, les parents de Monsieur acceptent très mal Madame. En effet, la mère de Monsieur est véritablement, nous dit Monsieur, “anti-étranger”.

Léa est la troisième fille d’une fratrie de 4 enfants : une sœur aînée de 10 ans, une de 8 ans et une petite sœur de 2 ans.

Il faut noter que la première grossesse a eu lieu après une IVG qui a été en quelque sorte pilotée par la belle-mère de Madame qui ne supportait pas la liaison entre son fils et elle. D’ailleurs, lors du baptême de leur première fille, un conflit majeur éclate entre les deux femmes, à propos de qui porterait l’enfant sur les fonds baptismaux. Sa belle-mère, dit Madame, a même essayé de pousser son mari à la quitter.

Le retour en France augmente encore les problèmes, puisque maintenant cette belle-mère est proche “spatialement”.

La grossesse de Léa est programmée après une fausse couche qui  déprime beaucoup Madame. “C’était difficile”, explique madame, en raison de plusieurs menaces d’accouchement prématuré et d’un déménagement dans les derniers mois de grossesse. L’accouchement, à terme, se passe très bien.

Léa est un bébé plein d’énergie que sa maman allaite 1 mois. Elle doit arrêter brutalement du fait de l’apparition de crevasses mammaires particulièrement douloureuses. Dans ces conditions, le sevrage est difficile,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

PUPH Pédopsychiatrie, Paris Sud, Chef de service et Chef du Pôle Enseignement – Recherche de la Fondation Vallée, GENTILLY.