Arthralgies : quand explorer ?

0

Les arthralgies sont un symptôme fréquent en consultation pédiatrique et peuvent s’associer à un grand nombre de pathologies. Il est par conséquent important de déterminer le contexte dans lequel ces douleurs s’inscrivent. En effet, les arthralgies pourront être tout à fait transitoires, en association avec un syndrome grippal, et resteront bénignes, ne nécessitant alors pas d’explorations. A contrario, ces douleurs pourront révéler un rhumatisme inflammatoire, une maladie constitutionnelle ou une hémopathie. Il est par conséquent important de mener un interrogatoire et un examen clinique précis permettant d’orienter le diagnostic et les examens complémentaires nécessaires.

L’interrogatoire

Celui-ci commence par faire préciser la localisation exacte des douleurs et l’intensité de ces dernières. La notion de traumatisme est à éliminer rapidement. Il est ensuite primordial de connaître la durée d’évolution de ces douleurs, la fréquence et l’horaire de celles-ci, les facteurs soulageants, les facteurs déclenchants et leur évolution dans le temps. Ainsi, les notions de réveil nocturne par les douleurs et de dérouillage matinal avec amélioration au cours de la journée indiqueront une douleur d’horaire inflammatoire, alors que des douleurs aux mouvements, augmentant à l’effort ou la mobilisation indiqueront des douleurs d’horaire mécanique. Les douleurs pourront également être majorées ou soulagée par la position assise, la position debout statique ou certains mouvements.

Il est important d’étoffer au maximum l’interrogatoire pour définir ces arthralgies. Pour les plus petits, la notion de douleur peut être plus délicate à retrouver mais une boiterie ou une gêne peuvent être décrites par les parents. Il faut ensuite rechercher les signes locaux observés par les parents ou l’enfant comme un gonflement articulaire, une rougeur, une chaleur, une déformation ou une éruption cutanée en regard.

La présence de signes généraux associés aux arthralgies doit être recherchée comme une fièvre, une altération de l’état général, une perte de poids, une pâleur, des éruptions cutanées et des signes digestifs. L’effet des traitements sur les douleurs est un élément important pour s’orienter sur leur mécanisme. Enfin, la croissance staturo-pondérale, les antécédents médicaux personnels et familiaux[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Rhumatologie pédiatrique,
CHU Bicêtre, LE KREMLIN-BICÊTRE.

Pédiatrie générale, Rhumatologie pédiatrique, CeRéMAI centre de référence des Maladies auto-inflammatoires, CHU de Bicêtre, Université de Paris-Sud, PARIS.