Arthur et le fantôme

0

Arthur, 10 ans, est adressé à ma consultation par son pédiatre car, à la fin d’une consultation de suivi banal, celui-ci apprend que l’enfant dort encore dans le lit de sa mère et que son père dort dans sa propre chambre. Cela inquiète beaucoup le pédiatre qui, pour évaluer cette situation, propose une consultation pédopsychiatrique.

Biographie

Arthur est le dernier d’une fratrie de 3. Il a un frère de 18 ans et une sœur de 16 ans.

La maman est l’aînée de 8 enfants qu’elle a, en quelque sorte, élevés. En effet, sa mère, assez dépassée avec un mari très inexistant, lui a beaucoup délégué son rôle pendant des années. Cette grand-mère maternelle décède il y a 3 ans d’un cancer. C’est Madame qui la soigne pendant plus d’une année et reste auprès d’elle jusqu’à la fin.

Quand Madame en parle, elle s’écroule en sanglots ; on a l’impression que le décès s’est produit hier. Elle se rappelle tous les détails, les mimiques de sa mère, et garde l’image de son visage au moment de la mise en bière. D’ailleurs, elle n’a absolument pas voulu que ses enfants aillent à l’enterrement, même ses deux grands, car dit-elle “C’était trop horrible !”

Dans son discours, on a l’impression que cette mère lui a pris toute sa substance au cours de ces derniers mois de soins attentifs, mais aussi au cours de son enfance et de son adolescence, qu’elle n’a jamais vécu avec l’insouciance à laquelle ses frères et sœurs ont eu droit. Elle répète : “Il fallait bien faire ce que ma mère ne pouvait pas faire. Il n’y avait pas le choix, après moi il y a 3 garçons, alors…”. Il est clair qu’elle garde avec sa mère un lien tellement contrasté et ambivalent. Du coup, elle a beaucoup de difficultés à entrer dans un processus de deuil. À l’écouter, on a même la dérangeante sensation qu’elle n’a absolument pas débuté ce processus malgré les 3 années passées depuis le décès de sa mère.

Depuis ses premières grossesses, Madame est assistante maternelle à domicile. Cela se passe très bien avec tous les enfants, et elle est reconnue dans la profession. Cependant, quand on discute un peu plus avant de sa vie en général, de sa santé par exemple, elle nous livre qu’elle a pris 10 kilos en 2 ans, qu’elle dort mal et qu’elle reste extrême-ment triste dès qu’elle pense à sa mère. Seule la nourriture l’apaise un peu : “Je mange des Chamallow pour[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

PUPH Pédopsychiatrie, Paris Sud, Chef de service et Chef du Pôle Enseignement – Recherche de la Fondation Vallée, GENTILLY.