Entorses de cheville de l’enfant : lesquelles envoyer à l’orthopédiste ?

0

L’incitation aux activités et le développement des activités de loisir et sportives contribuent à l’augmentation des traumatismes chez l’enfant et l’adolescent, notamment au niveau de la cheville et du pied. Les traumatismes de cheville représentent environ 20 % des consultations d’urgence. Ces lésions se distinguent selon le mécanisme du traumatisme et l’âge de l’enfant.

Une entorse de cheville se produit lorsqu’un ou des ligaments qui soutiennent la cheville sont étirés au-delà de leur limite. Il s’agit d’un traumatisme courant qui touche toutes les tranches d’âge avec un mécanisme typiquement décrit en inversion (supination, adduction et flexion plantaire). Elles sont bénignes ou graves selon l’importance de l’atteinte ligamentaire et s’il s’y associe ou non un arrachement osseux.

La plupart des entorses sont des blessures mineures qui guérissent avec des traitements ambulatoires. Cependant, si la cheville est très enflée et douloureuse avec des difficultés à la marche, certains diagnostics sont à éliminer.

L’anatomie (fig. 1)

La cheville est une articulation n’autorisant que des mouvements de flexion-extension, elle est stabilisée et mobile grâce à plusieurs structures :

>>> Le squelette : l’extrémité inférieure du tibia, l’extrémité inférieure de la fibula et la partie supérieure du talus.

>>> Les ligaments : le ligament collatéral externe (3 faisceaux : talo-fibulaire antérieur, calcanéo-fibulaire et talo-fibulaire[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l’Enfant, Hôpital Armand Trousseau, Cabinet Médical Oudinot, Clinique Oudinot – Fondation Saint Jean de Dieu, Clinique Maussins-Nollet, PARIS.