Impact de la génétique et des facteurs environnementaux précoces dans le développement des caries dentaires chez l’enfant

0

Silva MJ, Kilpatrick NM, Craig JM et al. Genetic and early-life environmental influences on dental caries risk: a twin study. Pediatrics, 2019;143:167-174.

Malgré une amélioration des systèmes de prévention de l’hygiène bucco-dentaire, 60 à 90 % des enfants d’âge scolaire à travers le monde présentent des caries dentaires. Des liens entre facteurs génétiques et caries ont été rapportés dans plusieurs études mais aucun travail n’a, à ce jour, mis en évidence une association forte. Des études comparatives chez des jumeaux mono et dizygotes seraient utiles pour déterminer la part génétique de la part environnementale. De même, l’étude de facteurs environnementaux très précoces, in utero, pourrait apporter des nouvelles données.

Le but de ce travail était d’étudier, dans le suivi longitudinal prospectif d’une cohorte de jumeaux, les facteurs de risque fœtaux et développementaux ainsi que le rôle de l’influence génétique et environnementale dans la survenue des caries chez l’enfant.

Les auteurs ont recueilli au sein de la cohorte australienne PETS établie en 2007, comprenant 250 mères et leurs jumeaux, les données médicales maternelles avant et pendant la grossesse, la consommation d’alcool, de tabac et de médicaments et les données concernant les enfants à la naissance et pendant la période néonatale. Un dosage de la 25OHD3 était effectué à 28 SA et à la naissance des enfants. 244 paires de jumeaux ont été revues à 18 mois avec un interrogatoire sur leur alimentation, leur prise éventuelle de médicaments et leurs antécédents médicaux. À l’âge de 6 ans, une évaluation dentaire était réalisée pour évaluer le nombre de caries et leur gravité, et pour rechercher une hypominéralisation molaire-incisive (HMI), anomalie du développement de l’émail.

345 enfants ont participé à l’étude (69 % de la cohorte initiale), 172 paires de jumeaux (101 dizygotes et 71 monozygotes) ont eu une évaluation complète. 80,3 % des enfants étaient âgés entre 6 et 7 ans et 53,6 % étaient des filles. Les scores d’évaluation du niveau socio-économique étaient plus élevés dans cette cohorte que dans la population générale australienne. 111 enfants (32,2 %) ont eu en moyenne 3 dents cariées (médiane = 2). 83 enfants (24,1 %) avaient des caries avancées touchant en moyenne 2,8 dents. Il n’y avait pas d’évidence de concordance élevée chez les jumeaux monozygotes par rapport aux dizygotes avec une différence de 0,05 (IC 95 % : –0,14 à 0,25 ; p = 0,30) et de 0,00 (IC 95 % : –0,26 à 0,26 ; p = 0,50) pour les caries et les caries sévères respectivement. Ces données ne changeaient pas en régression logistique après ajustement sur des facteurs de risques connus.

En revanche, après ajustement sur des facteurs confondants, l’existence d’une HMI (OR 2,15 ; IC 95 % : 1,04 à[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire