Intérêt des antiémétiques dans les gastroentérites aiguës

0

Niño-Serna LF, Acosta-Reyes J, Veroniki AA et al. Antiemetics in children with acute gastroenteritis: A meta-analysis. Pediatrics, 2020;145: in press.

Les gastroentérites aiguës (GEA) sont extrêmement fréquentes en pédiatrie et sont sources de nombreuses visites médicales et hospitalisations. La diarrhée est souvent au premier plan mais les vomissements sont courants et peuvent limiter la réhydratation orale, aggraver une déshydratation et entraîner une hospitalisation. Dans la plupart des cas, le soluté de réhydratation orale (SRO) est suffisant et la plupart des sociétés savantes ne recommandent pas l’utilisation d’antiémétiques, notamment en raison de leurs effets secondaires. Cependant, certains auteurs ont montré une efficacité de l’ondansétron ou du métoclopramide sur la diminution des vomissements et le risque d’hospitalisation. Plusieurs essais randomisés comparant des antiémétiques versus un placebo ont été réalisés ces 10 dernières années mais aucune synthèse n’a été faite.

Le but de cette méta-analyse était d’évaluer l’efficacité et la sécurité d’emploi des antiémétiques chez des enfants présentant une GEA.

Les auteurs ont recherché dans les bases de données (Medline, Embase, Cochrane, etc.) jusqu’au 31 décembre 2018 tous les essais randomisés contrôlés (ERC) évaluant un ou des anti­émétiques versus un placebo pour limiter les vomissements au cours d’une GEA chez l’enfant. L’objectif primaire était d’évaluer l’efficacité des traitements sur l’arrêt des vomissements et sur la nécessité ou non d’une hospitalisation. L’objectif secondaire était de voir si une réhydratation intraveineuse et/ou un nouveau passage aux urgences étaient nécessaires. Les effets secondaires étaient rapportés. Deux reviewers indépendants ont extrait les données et réalisé une méta-analyse par paires et en réseau.

Sur les 1 840 abstracts sélectionnés, 66 ont été étudiés et 24 ERC ont été inclus, enrôlant 3 482 enfants. Le nombre moyen de vomissements par enfant avant l’inclusion était de 7,09 et l’âge moyen des patients était de 35,1 mois (5,2 à 120,6). Les médicaments étudiés étaient le métoclopramide, l’ondansétron, la dompéridone, la dexaméthasone, le diménhydrinate et le granisétron.

Concernant l’arrêt des vomissements, l’ondansétron était plus efficace que le placebo avec un OR de 0,28 (IC 95 % : 0,16 à 0,46) et que le métoclopramide et la dompéridone, surtout en cas de vomissements sévères. L’efficacité supérieure par rapport au placebo était retrouvée que l’ondansétron soit administré par voie orale (OR : 0,34 ; IC 95 % : 0,17 à 0,67) ou intraveineuse (OR : 0,21 ; IC 95 % : 0,07 à 0,53). En termes de diminution des hospitalisations, l’ondansétron était plus efficace que le placebo (OR : 2,93 ; IC[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Gastro-Entérologie et Nutrition Pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau, PARIS.

Laisser un commentaire