La médecine du soupçon : variation sur un thème de confiance

0

La confiance est le socle de la relation médecin-malade. Le plus souvent, le patient fait totalement confiance à son médecin et a en lui une confiance aveugle. Parfois, cependant le doute s’insinue et une certaine distance s’instaure : la confiance devient défiance. Mais le doute peut laisser place au soupçon : la relation de confiance se transforme en méfiance.

Comment, le médecin peut-il renouer le lien de confiance dans ces conditions. C’est l’objet de notre propos, qui nous conduira vers l’intérêt de la médiation médicale.

La confiance

La confiance (cum-fiance) est comme l’amour, c’est un lien transparent qui unit deux personnes. Le mot “fiance” vient de fides, la foi. On dit que la confiance rend aveugle, ne se commande pas, s’inspire, se mérite, s’octroie. La confiance est un acte de foi en autrui, en la fiancée, en la personne de confiance, envers son médecin, la médecine et ses performances, en la qualité du système de santé. Ce lien est ténu, et il suffit d’un rien pour qu’il se rompe.

La défiance

La défiance : (de – fiance) est la confiance avec circonspection, avec un certain recul (de). “Je fais confiance mais je demande des preuves, je demande à voir”. Il y a dans cette attitude une part de défi. Cette prudence est inspirée par le doute. Il s’agit là d’une attitude rationnelle, une volonté de savoir et de ne pas tout accepter pour argent content.
La confiance aveugle devient confiance éclairée ; c’est une démarche pour connaître la vérité, donc une démarche rationnelle. On peut comprendre que le malade puisse se défier du médecin ou de la médecine, tant l’enjeu qu’il remet dans les mains du médecin est important : ses secrets, sa santé, sa vie, ou celle de son enfant…

La méfiance

La méfiance (mal- fiance) est d’un tout autre registre. Il s’agit de la mauvaise confiance. “Je ne te fais pas confiance, car je crois que tu cherches à me tromper”. La position ici n’est plus rationnelle, mais une croyance. La confiance était une croyance avec bonne foi, la méfiance est une croyance avec mauvaise foi. Ici, ce n’est plus le doute qui est venu s’insinuer, mais le soupçon.

Pourquoi est-il venu s’insinuer entre malade et médecin dans notre médecine actuelle ? Nous proposons deux explications principales : la “fast-medicine”, et les polémiques[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Coordinateur des médiateurs médicaux de l’APHP. Médecin conseil de la Direction des affaires juridiques de l’APHP. Médecin expert auprès de la CCI, PARIS.

Laisser un commentaire