0

Un sentiment d’Amitié

– Qu’est-ce qu’un sentiment ? interroge le Philosophe. – Une émotion qui dure, répond la petite fille (7 ans). L’Amitié est…

Revues générales
0

’ectopie testiculaire est l’anomalie génitale la plus fréquente du garçon et peut, outre le problème esthétique, se compliquer d’hypofertilité et de cancérisation à l’âge adulte. Le traitement est chirurgical avec un âge de correction qui tend à diminuer progressivement depuis les années 2000. Certaines recommandations scandinaves et nord-américaines préconisent une intervention dès l’âge de 6 mois afin de préserver au mieux la fertilité et minimiser le risque de dégénérescence. Ces pratiques doivent être mises en balance avec le risque chirurgical (lésion déférentielle, ischémie testiculaire) qui pourrait être plus important à cet âge. Actuellement, il n’y a pas d’argument objectif suffisant pour affirmer la nécessité d’une intervention avant 1 an. Nous proposons une chirurgie entre 1 et 2 ans. Plus de la moitié des enfants étant opérés après 2 ans, il existe un potentiel d’amélioration important impliquant une bonne collaboration entre les praticiens.

Patrimoine
0

Introduite en bourse en juillet 2011, Mauna Kea Technologies conçoit, développe et commercialise des solutions d’imagerie innovantes permettant de visualiser directement les tissus à l’échelle cellulaire et de caractériser des anomalies invisibles à l’œil nu dans plusieurs organes et notamment dans les systèmes gastro-intestinaux et pulmonaires. La société est aujourd’hui le seul acteur au monde à commercialiser des équipements miniaturisés d’endomicroscopie par minisonde.

Revues générales
0

La bronchiolite oblitérante (BO) est par définition une entité anatomopathologique. Il s’agit d’une atteinte inflammatoire transmurale et circonférentielle de la bronchiole, dont elle réduit la lumière, épargnant les voies aériennes très distales. Cette atteinte évolue vers une fibrose parfois définitive. Elle se rencontre chez l’enfant essentiellement après des infections le plus souvent virales (rougeole, adénovirus, grippe…). Le début est souvent insidieux, associant une dyspnée de plus en plus importante, une toux qui peut être productive ou sèche, des décompensations sifflantes.
Le diagnostic est actuellement réalisé devant l’association d’un syndrome obstructif fixé et d’un aspect en mosaïque sur le scanner thoracique. La prise en charge en période aiguë aura pour but de lutter contre l’inflammation. En présence de dilatations des bronches séquellaires, la lutte contre la surinfection bactérienne bronchique est indispensable. La mise en place d’une réadaptation à l’effort est parfois nécessaire.

1 48 49 50 51 52 54